Comme lors du premier week-end de décembre, l'appel à manifester a provoqué des débordements à Luxembourg-ville.

Les autorités avaient promis de ne plus se laisser déborder. C'est donc avec le soutien d'agents de police belges, venus avec un imposant canon à eau, que la police luxembourgeoise a dû contrôler la manifestation anti mesures sanitaires organisée samedi après-midi au Glacis.

Environ 500 personnes se sont réunies en début d'après-midi pour protester contre la "dictature sanitaire" imposée par le gouvernement. Contre les "lois liberticides", contre la vaccination des enfants, contre le CovidCheck... Les manifestants ont appelé le Premier ministre a changé de cap: "Cher Bettel, soit tu te mets de notre côté, le côté du peuple, soit tu te mets contre nous" crachait le haut-parleur en début de rassemblement.

Un appel auquel le Premier ministre a répondu ce dimanche matin, sur Twitter: "Merci à la police et à leurs collègues belges qui ont empêché la haine et la violence de se répandre dans Luxembourg hier. Le gouvernement prend au sérieux la radicalisation d'une partie de notre société. Avec le soutien d'experts locaux et internationaux, nous allons développer un plan d'action pour lutter contre ce problème."

LES MANIFESTANTS REPOUSSÉS PAR LES FORCES DE L'ORDRE

RTL

© Domingos Oliveira / RTL

"Nous ne reprendrons pas nos libertés en criant, il va falloir aller les chercher" entendait-t-on encore résonner. Des paroles puis des actes puisque après 15h, des manifestants ont été repoussés par les forces de l'ordre après avoir tenté de descendre vers le centre-ville via l'avenue de la Porte-Neuve. Ce qu'ils avaient interdiction de faire, un périmètre de manifestation ayant été mis en place spécialement pour le week-end.

Une tentative avortée par l'important dispositif policier déployé. C'est finalement le canon à eau venu de Belgique et les agents anti-émeute qui se sont chargés de repousser les participants vers le Glacis.

Les personnes rassemblées ont ensuite été dispersées, ce qui a permis à une cinquantaine d'entre eux de rejoindre le centre-ville, secteur que la police qualifiait de "tendu". Les marchés de Noël de la Place d’Armes et de la Place de la Constitution ont été temporairement fermés, tout comme certaines rues.

Au total, 19 personnes ont été interpellées par les forces de l’ordre avant 19h30. Si aucun agent n’a été blessé, l'un d'eux a été visé par un feu d'artifice, précise la police. Plusieurs groupes d'intervention sont restés présents dans la Ville-Haute le soir "pour intervenir en cas de besoin".

La police précise que les agents ont effectué 14 interpellations administratives et que cinq autres personnes sont visées par une procédure judiciaire, notamment pour rébellion, armes prohibées, agression ou menace d'une personne, trouble de l'ordre public.

Le week-end n'est  toutefois pas encore terminé: une 7e marche blanche silencieuse est organisée ce dimanche. Ses organisateurs ont appelé à garder le mouvement pacifique. Le cortège se réunira devant la Philharmonie et pourra défiler jusqu'au Glacis.