L'Association Luxembourgeoise des Journalistes Professionnels (ALJP) dénonce le comportement de Roy Reding (ADR) dans un communiqué publié ce dimanche.

Dans le cadre de ses recherches sur le thème des anti-vaccins, un journaliste du quotidien luxembourgeois Tageblatt s'était inscrit à un groupe de discussion portant sur la vaccination sur la plateforme Telegram.

Au cours de son enquête, il a remarqué que le nom de Roy Reding figurait parmi les quelque 300 membres du groupe "NëtgepicktLU2.0" ("pas piquéLU2.0", NDLR). Le journaliste lui a donc demandé de confirmer qu'il faisait bien partie de ce groupe afin d'écarter toute usurpation d'identité le concernant. Roy Reding lui a finalement répondu qu'il était bien membre de ce groupe.

Mais ce n'est pas tout, puisque l'avocat et député a également publié la demande du journaliste dans le groupe Telegram en incluant les numéros de téléphone de notre confrère qualifié par les membres du groupe de "collaborateur" ou encore "espion de la Gestapo", "à la botte du gouvernement", entre autres.

Le journaliste reçoit encore aujourd'hui des messages sur son téléphone afin de l'intimider ou de l'offenser. Une situation traumatisante pour le journaliste en question, dont le journal n'exclut pas de porter plainte.

L'ALJP soutient l'idée d'une plainte à l'encontre des membres du groupe anti-vaccin et demande au monde politique de ne pas tolérer ce genre de comportement.

À lire également: Sven Clement réagit aux propos déplacés de Roy Reding, "des bêtises", venant du seul non-vacciné à la Chambre qui ne porte pas de masque