Sans Covid-Check, pas de travail! Le sésame sera obligatoire pour tous les salariés et fonctionnaires dès le 15 janvier 2022. La paie risque de diminuer pour les récalcitrants mais personne ne pourra être licencié.

Le Covid-Check au travail sera bien mis en place le 15 janvier 2022 et s'applique à tous les salariés jusqu'au 28 février. Le gouvernement, les syndicats et le patronat se sont mis d'accord sur la mise en œuvre concrète du Covid-Check "3G" au travail, ont fait savoir Dan Kersch (Travail) Marc Hansen (Fonction Publique), les syndicats OGBL, LCGB, CGFP et de l'Union des entreprises, ce vendredi matin lors d'une conférence de presse très attendue.

Les personnes qui ne sont pas vaccinées ou guéries du Covid après le 15 janvier devront faire un test rapide antigénique certifié tous les jours ou un test-PCR qui restera valable durant 48 heures.

L'employé qui ne présentera pas de Covid-Check, ne pourra pas travailler. Il devra alors prendre un congé avec l'accord de son employeur, faute de quoi il ne sera pas rémunéré pendant son absence.

Ce sera la seule sanction, mais en aucun cas un motif de licenciement! Même dans ces cas, les cotisations de sécurité sociale seront maintenues.

Le gouvernement continue d'encourager clairement le recours au télétravail.

-> Le gros tour de vis sanitaire du Luxembourg

Pour les enseignants, les heures non travaillées seront déduites du compte épargne temps, annonce Marc Hansen, ministre de la Fonction publique.

Le ministre du Travail, Dan Kersch, a déclaré qu'il s'agissait d'un "signal fort" adressé à toute la société, c'est-à-dire aux résidents comme aux frontaliers, qui constituent près de la moitié de la force de travail au Luxembourg.

Il s'agit de protéger la santé par la vaccination. Le Covid-Check représente la dernière option pour éviter un confinement ou la vaccination obligatoire en discussion dans plusieurs pays d'Europe actuellement. Le gouvernement fait tout ce qui est en son pouvoir pour empêcher les gens de mourir du Covid, a assuré le ministre.

LES SALARIÉS PAIERONT LEURS TESTS

Les syndicats saluent les sanctions limitées. Le non-respect des règles du Covid-Check au travail pourra donner lieu à des amendes aussi bien pour les salariés que pour les patrons.

La présidente de l'OGBL, Nora Back, a toutefois regretté qu'il n'y ait pas d'accord sur qui devrait payer les tests. Ce qu'elle juge "socialement injuste" car les "petits et moyens salaires seront les plus impactés", d'autant que "ce sont souvent des gens qui ne peuvent pas télétravailler".

Le patron des patrons, Michel Reckinger s'en est, au contraire, félicité. Car payer des tests rapides tous les jours engendre des coûts supplémentaires pour les entreprises. Il précise que "les tests devront être réalisés en dehors du temps de travail." Le président de l'UEL rappelle que la mise en œuvre du Covid-Check est une co-responsabilité des salariés et des entrepreneurs". Donc, à chacun de fournir son effort.

-> Comment sera imposé le Covid-Check au travail ?