C'est un coup dur porté au plan du gouvernement Bettel qui prévoyait d'étendre la vaccination contre le Covid aux pharmacies. Le Conseil d'État a émis une opposition formelle!

Le gouvernement a rédigé un projet de loi portant qui doit modifier la loi sur le reconnaissance des qualifications professionnelles. En plus de ses activités, un pharmacien pourra dorénavant préparer et administrer des vaccins.

Mais dans son avis sur ce projet de loi, le Conseil d'État pose plusieurs questions critiques, constate une insécurité juridique du texte et émet en conséquence une opposition formelle. En outre, "le Conseil d’État réserve sa position quant à la dispense du second vote constitutionnel", peut-on lire dans l'avis.

-> Nouvelles mesures Covid: Le nouveau tour de vis sanitaire du Luxembourg 
Selon le Conseil d'État, le projet de loi manquerait totalement de clarté sur le type de formation que les pharmaciens devraient suivre pour pouvoir administrer des vaccins, sur la manière dont les pharmaciens seraient rémunérés pour les actes de vaccination et sur la manière dont cela serait pris en compte dans la nomenclature avec la Caisse nationale de Santé (CNS).

Un autre point ne serait pas spécifié dans le projet de loi, selon le Conseil d'État: avant de se faire vacciner par un pharmacien, le patient devra-t-il passer chez un médecin? Et dans l'affirmative, le pharmacien devra-t-il demander la preuve de ce passage au patient?

Le Conseil d'État propose de réviser complètement le projet de loi concerné avec le soin et la précision nécessaires, au lieu de le faire passer en force en urgence.

Les pharmacies devraient pouvoir participer à un programme de vaccination sur la base du volontariat et la consultation préalable chez un médecin devrait être obligatoire pour tous les patients souhaitant se faire vacciner.

En se référant à ce qui se passe à l’étranger, le Conseil d’Etat souligne l’absence de réglementation générale sur ce point en Allemagne, où il y a seulement eu quelques projets pilotes en matière de vaccination contre la grippe dans les pharmacies.

En Belgique, plus précisément à Bruxelles, des pharmacies ont participé à la campagne de vaccination contre le Covid dans le cadre du projet "pharma on tour", mais uniquement en tant que lieux de vaccination, les vaccins étant exclusivement administrés par des équipes médicales.

Enfin en France, si l’activité des pharmaciens et d’autres professionnels de santé a été étendue à la préparation et à l’administration de vaccins, des règles très précises ont été fixées, allant jusqu’à définir le cadre matériel dans lequel la vaccination doit avoir lieu. Autant de précisions qui manquent dans le projet de loi du gouvernement luxembourgeois, selon le Conseil d’Etat.

Dans son avis, la haute instance se demande aussi pourquoi le texte vise uniquement les pharmaciens et pas d’autres professionnels de santé tels que les kinésithérapeutes, les infirmiers, les sages-femmes …