Mardi a eu lieu au Parlement un débat d'orientation sur 26 grands projets d'infrastructure.

Parmi ces projets figurent une nouvelle Ecole européenne sur le campus "Geesseknäppchen" à Luxembourg, de nouveaux bâtiments pour la police à Redange-sur-Attert et à Mersch, le réaménagement de la Place de la Constitution dans la capitale et de nouvelles pistes cyclables.

Lors du débat d'orientation, le ministre de la Mobilité et des Infrastructures a fait savoir qu'il avait reçu la semaine dernière l'avis du ministère de l'Environnement sur le contournement à Hesperange. Il attend encore un avis complémentaire des Ponts et chaussées. Le dossier sera ensuite déposé à la mairie de Hesperange au cours de la troisième semaine de janvier. La consultation publique pourra alors débuter, selon François Bausch.

"Nous sommes aussi en train de finaliser le dossier et nous le déposerons ensuite à la mairie pendant la troisième semaine de janvier et puis nous devrons envisager avec les responsables communaux la consultation publique qui est prévue et poursuivre la procédure, c'est donc en bonne voie", a expliqué François Bausch.

Plusieurs députés ont interrogé le ministre pour connaître l'état d'avancement du projet de réaménagement de la Place de la Constitution à Luxembourg, où s'élève la "Gëlle Fra".  Le ministre a précisé sur ce point qu'il souhaiterait une réunion avec les responsables communaux dans la première quinzaine de janvier, afin de sélectionner l'un des projets retenus lors du concours.

"Et puis, comme il convient lors d'un tel concours, nous allons organiser une exposition, présenter tous les projets, dont bien sûr celui du lauréat, et éventuellement avec quelles modifications nous souhaitons le mettre en oeuvre."

La députée des Gréng Chantal Gary a ensuite présenté les 26 projets d'infrastructure, dont elle est la rapportrice, et a déposé une motion, dans laquelle la Chambre donne son accord au gouvernement pour l'élaboration des études préalables à la réalisation des projets. Cette motion a été adoptée par l'ensemble des partis, à l'exception de "déi Lénk", dont les deux élues se sont abstenues. Ces dernières seraient surtout dérangées par les projets qui concernent les demandeurs d'asile, notamment le projet d'un nouveau centre de rétention pour femmes et enfants, selon la députée Myriam Cecchetti.

"Nous sommes conscients que cela constituera un progrès par rapport à la situation actuelle, où les femmes et les enfants arrivent dans le même centre de rétention que les hommes. Mais vous connaissez notre position là-dessus, qui est la même que celle de toutes les organisations des Nations Unies dans ce domaine. Enfermer des enfants sur base du statut migratoire des parents est tout simplement inacceptable pour nous. Même si c'est pour une semaine seulement. Enfermer, c'est enfermer et cela implique des séquelles traumatiques chez les enfants", selon la députée de la Gauche, Myriam Cecchetti, qui trouve en outre que l'immigration n'est pas un délit.