C'est avec le hashtag "Yes we care", qu'un comité de coordination avait appelé à respecter une minute de silence jeudi dans les hôpitaux et les établissements de santé au Luxembourg.

Médecins et soignants ont voulu se mobiliser pour attirer l'attention sur l'impact de la pandémie sur leur profession et leur vie privée.  Les "blouses blanches" souhaitaient le faire discrètement et dans le calme en respectant une minute de silence jeudi midi devant les différents établissements de santé. Cette action est une initiative du docteur Marco Klop, anesthésiste aux Hôpitaux Robert Schuman. Interrogé par RTL jeudi, il a décrit la situation dans les hôpitaux. Il y a de plus en plus de patients infectés au Covid et ils sont de plus en plus jeunes, des gens qui pensaient qu'ils ne pouvaient pas attraper le virus.

Le but de cette minute de silence est d'attirer l'attention sur le fait que si les infections continuent de progresser, le virus va bloquer des lits de réanimation. Et des personnes qui n'ont pas contracté le virus, vont perdre leur chance d'avoir un lit en soins intensifs ou l'opération dont elles ont besoin. Seuls la vaccination, le port du masque et la distanciation physique peuvent éviter cela, selon le docteur Klop.

Dans le communiqué publié mercredi soir, les médecins et le personnel soignant soulignaient que la crise sanitaire, qui dure depuis bientôt deux ans, a conduit le secteur, qui souffre d'un manque chronique de personnel, aux limites de ses capacités.

Le communiqué, signé par un comité de coordination, rappelait l'importance de la vaccination et des gestes barrières. Les signataires adressaient "un grand "bravo" aux 450.000 résidents qui se sont fait vacciner ! Merci !"

Ils rappelaient aussi que la vaccination protège et soulignaient qu'il était temps d'agir afin d'éviter un nouveau confinement.