La Fondation Idea présentait ce mardi une série de mesures pour améliorer le projet de budget 2022. Parmi ces idées figurent une proposition pour soulager les familles monoparentales.

Les quelque 44.000 ménages monoparentaux et imposés comme tels au Luxembourg sont "les plus exposés à la précarité" selon la Fondation Idea. Environ 40,3% des familles monoparentales étaient concernées par le seuil de pauvreté en 2019.

Outre leur imposition dans la classe d'impôt 1a - censée disparaître avec la réforme des impôts, repoussée à cause du Covid - ils font face à une anomalie: le crédit d'impôt monoparental. Selon la Fondation Idea, il s'agit du "seul type de crédit d'impôt aux ménages à être accordé sur demande". Celui-ci est plafonné à 1.500€ (pour un revenu imposable ajusté inférieur à 35.000€) mais est abaissé à un plancher de 750€ pour 105.000€ de revenus. Ce "CIM" est également réduit selon le montant des allocations perçues pour un ou plusieurs enfants.

À défaut d'obtenir la fameuse réforme de l'impôt promise par le gouvernement, la Fondation Idea suggère de rendre le crédit d'impôt monoparental automatique et sans condition de revenu ou de pension alimentaire. Il bénéficierait donc pleinement à toutes les familles monoparentales (pas loin d'un ménage résident sur six).

En parallèle de ce coup de pouce, Idea suggère d'en rehausser significativement le montant. "Il faudrait le revaloriser au moins à hauteur de la hausse des prix depuis 2008, année de sa création: soit 18% de hausse." Ce qui donnerait un CIM à 1.770€ par an, 270€ de plus donc. Et ce, même en tenant compte de son doublement en 2016. "Les familles monoparentales sont soumises à davantage de contraintes" justifie Narimène Dahmani, économiste de la Fondation. "La part de leur budget allouée au logement est plus importante. Il leur faut, par exemple, une chambre de plus."

Bien qu'elle contribuerait à lutter contre "l'injustice fiscale affectant les familles monoparentales", la mesure se bornerait à être un sparadrap sur une plaie bien ouverte. C'est vers la grande réforme des impôts qu'il faudrait se tourner pour guérir plus durablement ce mal.