Les prix record à la pompe n'y changeront rien. Le gouvernement Bettel ne renonce pas à sa politique climatique et va augmenter la taxe CO2 sur les carburants ce 1er janvier 2022! Découvrez combien vous paierez en plus exactement.

Les automobilistes n'ont pas fini de mettre la main à la poche pour faire leur plein au Luxembourg et... ce n'est malheureusement pas fini! Indépendamment des fluctuations classiques des prix à la pompe qui placent le Luxembourg en tête des pays européens des hausses de prix, ceux du diesel et de l'essence vont encore grimper un peu plus et de manière fixe dès le début de l'année 2022. Dans cinquante jours, donc.

Et pour cause: une nouvelle hausse de la taxe C02, qui était annoncée depuis plus de deux ans, sera bien mise en œuvre. Malgré les appels à faire marche arrière de la part de l'Automobile Club du Luxembourg (ACL) ou de l'OGBL qui réclame des mesures gouvernementales, deux institutions qui pèsent au Luxembourg.

La taxe CO2 de 20€ par tonne avait déjà conduit à une augmentation de 5 à 6 centimes par litre de carburant en 1er janvier 2021. Décidé à agir en faveur du Climat -a fortiori au moment où la COP26 décide de l'avenir de la planète à Glasgow- le gouvernement Bettel ne renonce pas aux deux tranches annoncées de 5€ supplémentaires par tonne de CO2 pour 2022 et pour 2023.

Ces deux hausses se répercuteront directement sur les prix à la pompe. Concrètement la hausse sur les carburants au 1er janvier prochain, représentera "plus ou moins 1,5 centime par litre", estime grosso-modo Romain Hoffmann, le Président du Groupement pétrolier du Luxembourg, au micro de RTL 5minutes.

RTL

© Maxime Gonzales / RTL

Pour Romain Hoffmann, pas de doute. Il pense que "le gouvernement l'avait annoncé et va maintenir cette augmentation l'année prochaine" car il "n'a pas d'autre indication" qui laisserait penser le contraire.

1,41 CENTIME EN PLUS POUR UN LITRE DE DIESEL

Le Président du Groupement pétrolier voit presque juste. Ce mercredi, les ministères des Finances et de l'Énergie ont assuré conjointement à RTL 5minutes, après calculs de leurs experts, que l'augmentation sera de 1,41 centime/litre pour le diesel, de 1,26 centime/litre pour l'essence et même de 1,52 centime pour un litre de gasoil de chauffage.

La fourchette se tient. En novembre 2020, le Statec avait calculé au moment d'évaluer l'impact de la taxe CO2, que le litre de diesel grimperait de 1,3 centime/litre en janvier 2022 et de 1,2 centime/litre en janvier 2023.

Après la hausse des accises sur les carburants le 1er mai 2019 (2 centimes pour le diesel et 1 centime pour l'essence), la taxe instaurée le 1er janvier 2021 et les deux à venir, les automobilistes paieront près de 10 centimes/litre de taxe en plus à L'État luxembourgeois en quatre ans. La nouvelle taxe CO2 est un vrai coup gagnant pour les finances de l'État avait d'ailleurs révélé le Statec fin août.

CAP CLIMATIQUE CONTRAIGNANT

Ce qui apparaît aujourd'hui comme une "mauvaise nouvelle" a été passé sous silence toutes ces dernières semaines par le gouvernement Bettel. Pas un mot sur le sujet des répercussions directes de la taxe CO2 sur les accises des produits pétroliers dans le récent discours de Xavier Bettel sur l'état de la Nation.

En réalité, le Luxembourg n'a plus vraiment le choix s'il veut atteindre "la neutralité climatique en 2050 au plus tard". Le pays est forcé de réduire ses ventes de carburants, car dans son bilan carbone, elles représentent environ deux tiers des émissions de CO2! La règle est simple: les émissions de CO2 sont mises sur le compte du pays qui vend le carburant et non sur celui où il est consommé.

RTL

© DOUGLAS MAGNO / AFP

Le Premier ministre, tout comme ses ministres verts, savent combien l'exercice des centimes de taxe CO2 qui gonflent la facture, est périlleux. Surtout à moins de deux ans des prochaines législatives. Mais ils tiennent leur cap climatique.

La décision relative à la taxe sur le CO2 "est fondée sur une politique commune du gouvernement dans une perspective de développement à long terme. Actuellement, il n'est pas prévu de suspendre la taxe sur le CO2. Le plan climat est une loi. Les accords qui y sont énoncés sont donc contraignants", rappelle le ministère des Finances.

Il fait référence au Plan national intégré en matière d'énergie et de climat du Luxembourg pour 2021-2030. Romain Hoffmann assure que cette tendance va durer au-delà de 2023.

En attendant, l'appel lancé par l'ACL mardi au gouvernement pour éviter que les prix à la pompe ne "creusent les inégalités entre les citoyens" n'a pas été entendu.

 

À lire également:

Flambée des prix des carburants: L'ACL demande au gouvernement "d'agir sans attendre"

+31% sur un an : Le Luxembourg est champion d'Europe de la hausse du prix des carburants

Ce que vous payez vraiment sur un litre de carburant