Selon le Statec, le prochain index a de grande chance de tomber en 2022. Peut-être même dès l'été.

Au Luxembourg, les salaires ont été rehaussés de 2,5% en octobre dernier, à la faveur de l'index déclenché par l'inflation. Mais celle-ci est si forte que l'on parle déjà du prochain index, lequel pourrait tomber l'été prochain selon le "scénario haut" du Statec, l’Institut national de la statistique et des études économiques. Celui-ci a nettement révisé vers le haut ses prévisions publiées en août dernier: de 2.0% pour 2021 et de 1.6% pour 2022 à 2.5% pour les deux années en question !

Ainsi, les hausses de prix "inédites" sur les marchés de gros du gaz et de l'électricité pourraient déclencher le nouvel index "au troisième trimestre 2022", voire au dernier trimestre 2022 selon le "scénario central", écrit le Statec. En revanche, le scénario bas prévoit seulement un déclenchement de l'index en 2023.

En octobre 2021, l'inflation a nettement accéléré en passant de 2.5% à 3.6%, une augmentation de 0.9% liée directement aux produits pétroliers. Pour rappel, ceux-ci ont augmenté de 10.5% le mois dernier : le diesel, le SP95 et le SP98 ont tous battu des records de prix au Luxembourg ces dernières semaines. En comparaison à octobre 2021, "les prix des produits dérivés de l'or noir dans le panier de l'indice sont supérieurs de 48.5%" relève le Statec.

En octobre dernier, l'augmentation du tarif du mazout de chauffage s'élève à 12,4% et celle concernant le gaz flirte même avec les 18% (17.7%). "Le cours du gaz a été multiplié par 6 entre octobre 2020 et octobre 2021 après une accentuation des pressions depuis la fin de l'été, suite à une pénurie alors que les stocks européens attendent d'être remplis pour l'hiver" souligne le Statec. Il anticipe une hausse de 20% en janvier 2022 avant une baisse prévue à la sortie de l'hiver.

L'augmentation du prix de l'électricité est une autre raison et celle-ci devrait se poursuivre dans de moindres proportions: le Statec mise sur une hausse moyenne de 7.5% en janvier 2022, "ce qui rajouterait 0.1 point de pourcentage à l'inflation tout au long de l'année 2022."

À noter que la dernière indexation, en vigueur depuis le mois d'octobre, a eu pour effet indirect l'augmentation de la plupart des produits de 0.5%, a constaté l’Institut national de la statistique et des études économiques. Sont concernés les tarifs dans les maisons de retraite et de soins (+2.2%), les salons de coiffure, les garages automobiles, les restaurants (+0.8%) et les assurances habitation (+2.2%), par exemple. Dans le secteur de l'alimentation, l'augmentation la plus forte concerne la nourriture pour bébé (+4.6%).

"La progression des prix des voitures neuves (+2.1% sur un an en octobre) et des meubles (+5.3%) vient accélérer sur les derniers mois" ajoute encore le Statec. 

RTL