Chacun doit avoir accès aux soins de santé au Luxembourg, quelle que soit sa situation.

L'objectif du nouveau système serait de réduire au maximum les démarches administratives, selon le ministre de la Sécurité sociale, Romain Schneider, afin de rattraper ceux qui passent encore actuellement à travers les mailles du filet. "Il s'agit de tous les gens qui sont sur le territoire luxembourgeois et qui n'ont pas de source de revenus, ou qui ne peuvent pas profiter d'un soutien, comme par exemple de celui d'un office social ou de n'importe quelle autre entité publique, qui n'ont donc pas de revenus, pour pouvoir se permettre ou organiser une affiliation, respectivement qui ne remplissent pas une série de conditions pour pouvoir le faire."

Le système fonctionnera via le mécanisme d'inscription volontaire à la Caisse nationale de Santé. Pour y avoir accès, les personnes concernées devront être au Luxembourg depuis trois mois, mais elles n'auront plus besoin de s'inscrire au registre des personnes. Nous voudrions cibler les personnes vulnérables, a expliqué la ministre de la Santé, Paulette Lenert.

"En ce sens, cela va se dérouler concrètement via des conventions, que nous avons déjà, qui vont être à présent renforcées, dès 2022, c'est d'une part Médecins du monde, avec lesquels nous collaborons déjà, ils vont recevoir des ressources supplémentaires, la "Jugend- an Drogenhëllef", la "Stëmm vun der Strooss" et le CNDS, le Centre national de défense sociale."

Un millier de personnes seraient concernées. Pour 2022, un budget de 1,5 million d'euros est prévu pour la prise en charge de leur assurance sociale.

Le système se base sur les recommandations de l'OMS et d'une table ronde, qui regroupe plusieurs acteurs qui s'impliquent pour l'intégration, organisée notamment par Serge Kollwelter.

"Si nous donnons aux gens accès aux soins, cela coûtera moins cher à la société à long terme, que si ces gens attrapent de méchants problèmes de santé, que nous devrons quand même prendre en charge, donc à partir de là, c'est aussi une étape importante au niveau de la prévention."

La prochaine étape essentielle serait de travailler à la communication verbale entre le personnel de santé et les patients, afin de garantir que tout le monde comprend son médecin.