L'OGBL réclame davantage de mesures gouvernementales pour lutter contre la forte hausse des prix de l'énergie.

La flambée des prix de l’énergie "continue sans relâche" et le gouvernement luxembourgeois la combat "avec des aumônes". Voilà, en somme, l'avis de l'OGBL sur l'explosion des prix.

En plus de son refus de réformer le marché européen du gaz et de l'électricité, le syndicat reproche au gouvernement son manque d'action. Certes, l'allocation de vie chère va augmenter de 200€ en 2022. Mais "cette hausse ne couvre en réalité même pas la perte en valeur encourue par les bénéficiaires en raison de la non-adaptation de cette allocation à l’évolution des prix pendant plus d’une décennie – de 2009 à 2020" s'emporte l'OGBL, qui espère qu'elle soit plutôt doublée et accessible à davantage de personnes.

Car 2022 doit aussi être l'année du renforcement de la très rentable taxe CO2, qui alourdit le coût du gaz, des carburants et du fioul de chauffage. L'OGBL réclame son report, "en attendant une accalmie de l’évolution des prix". Et estime aussi que des explications sont attendues sur l'adaptation des crédits d'impôt.

Et quid d'un hypothétique plafonnement des prix de l'énergie? Mis en place par certains pays voisins (France, Espagne), il n'est pour l'instant pas annoncé au Grand-Duché. "Le Luxembourg fait presque cavalier seul en se limitant à une aumône de 200 € pour les personnes les plus démunies" s'indigne l'OGBL, qui demande une "intervention de la main publique".