La procédure des remboursements des frais médicaux par la Caisse nationale de Santé va être progressivement digitalisée pour arriver à un tiers payant moderne.

Vous connaissez la procédure : vous allez chez le médecin, vous payez votre mémoire d'honoraires soit au cabinet soit par virement plus tard. La plupart de ces factures ne sont pas données et vous êtes content d'être remboursé par la Caisse nationale de Santé. Les démarches administratives sont importantes et il faut souvent du temps pour que l'argent soit viré sur votre compte. Cela va changer.

Le remboursement accéléré avant le tiers payant

Il faudra encore un moment avant que le patient ne doive plus avancer l'argent. La première phase de la digitalisation est le "remboursement accéléré" des factures de médecin. Le ministre de la Sécurité sociale, Romain Schneider, a expliqué le processus:

"Le médecin imprime toujours ses mémoires d'honoraires, il y a un QR code dessus. Et ce code est ensuite téléchargé sur la plateforme numérique."

Deux applications mobiles ont déjà été présentées. Pour l'instant, le patient continue à payer normalement sa facture chez le médecin, mais à l'avenir, il pourra la transmettre directement par voie numérique à la Caisse nationale de Santé. Ce qui permettra à la CNS de traiter plus facilement et plus rapidement le dossier et au patient de recevoir son argent plus vite Cela fonctionnera via l'application Santé, qui est déjà disponible, et très prochainement aussi via la nouvelle appli de la CNS.

Un QR code figurera bientôt sur la facture du médecin. Une fois que l'assuré aura payé, il le scannera, il verra le document numérique sur son appli et il la mettra à disposition de la plateforme eSanté. Les collaborateurs de la CNS y auront alors accès et pourront traiter la facture plus rapidement. Idéalement, il faudra seulement deux jours à l'assuré pour être remboursé.

Les médecins sont sollicités

Tout cela est bel et bien, mais il y a un hic. Les applications fonctionnent, la plateforme eSanté est opérationnelle, mais les médecins doivent jouer le jeu. Le président de l'AMMD, l'Association des médecins et médecins-dentistes, Alain Schmit, explique le problème:

"Ce qui est difficile, c'est bien sûr la diffusion au niveau des cabinets. C'est beaucoup de travail. Les démarches sont en cours. Tous les médecins ne sont pas équipés. Ce serait trop beau."

Le Grand-Duché compte environ 2.000 médecins. Seuls une cinquantaine seraient déjà prêts pour proposer le "remboursement accéléré", estime Alain Schmit. Pour ceux qui ne sont pas aptes numériquement, il y a toujours la procédure version papier. Mais le président de la CNS, Christian Oberlé, en appelle à la responsabilité des médecins.

"Le médecin doit prendre le temps de mettre à jour le système dans son cabinet. Je sais que les médecins ont beaucoup de travail et que ce n'est pas leur priorité. Avec l'AMMD, nous sensibilisons cependant très fort les docteurs. Il n'est pas normal pour les patients de les priver en 2023 de services, qui devraient déjà être la norme aujourd'hui."

Le tiers payant de nouvelle génération doit être introduit en 2023. L'assuré ne devra alors plus avancer la participation de la CNS. Le médecin recevra seulement un montant unique. Le "remboursement accéléré" est présenté comme une étape intermédiaire pour les patients et les médecins afin de s'habituer à la digitalisation, grâce à laquelle la CNS pourra faire l'économie de 15 millions de documents sur papier.

Le reportage en luxembourgeois de nos collègues de RTL: