Cette fois, ça chauffe. Dans un communiqué de presse diffusé ce dimanche, les trois principaux syndicats du pays "lancent un ultimatum au gouvernement" contre l'instauration du CovidCheck au travail.

Ce n'est pas peu dire que le désaccord est profond. Comme nous l'évoquions sur notre site ce samedi, le gouvernement et les syndicats OGBL, LCGB et CGFP sont en train de se livrer bataille sur la question du CovidCheck sur le lieu de travail.

Ce dimanche, deux jours après une réunion qui n'a débouché sur aucun terrain d'entente, les syndicats "lancent un ultimatum au gouvernement". Dans un communiqué commun, ils dénoncent la gestion "en urgence" du CovidCheck, mettant "devant le fait accompli" représentants du personnel et syndicats.

Tout en rappelant qu'ils soutiennent la campagne de vaccination du Luxembourg, l'OGBL, le LCGB et la CGFP refusent que les travailleurs non-vaccinés "vivent un enfer" simplement afin d'améliorer la couverture vaccinale nationale. Et rappellent que le gouvernement avait fermé la porte à l'obligation vaccinale mais est en train de l'imposer "par la porte de derrière".

Les trois syndicats pèsent d'ailleurs leurs mots et affirment que la mise en place du CovidCheck au travail pourrait mettre la "paix sociale" en danger.

TROP D'INTERROGATIONS... ET DES LITIGES À VENIR?

Quelles seront les conséquences pour un employé qui ne veut pas se faire vacciner mais ne peut pas non plus assumer le coût des tests? Cela sera-t-il considéré comme un refus de travailler, avec des sanctions sévères à la clé? Pourquoi ne pas miser sur des solutions alternatives déjà éprouvées, comme la distanciation sociale et le port du masque? "Les ministres n'ont répondu à aucune de ces questions vendredi dernier" lors de leur entrevue, écrivent les syndicats. Selon eux, les litiges pourraient se multiplier.

Avec le vote de la nouvelle loi Covid, prévu ce lundi 18 octobre, les syndicats exigent le retour des tests gratuits, qui ont pris fin cette semaine. Et appellent les députés à rejeter l'article dédié au CovidCheck dans le nouveau projet de loi. "Si le projet de loi est adopté sans modification et que la coalition ne montre aucune volonté de compromis d'ici le 31 octobre, la CGFP, le LCGB et l'OGBL engageront de nouvelles actions syndicales et juridiques." La semaine promet d'être animée.

À lire également - Quelles conséquences pour les salariés ou fonctionnaires qui refusent le CovidCheck?