Les syndicats OGBL, LCGB et CGFP ont discuté pendant plus d'une heure au château de Senningen avec les responsables politiques vendredi. Sans succès.

Malgré une entrevue de dernière minute vendredi après-midi, les divergences n'ont pas pu être résolues entre syndicats et gouvernement concernant l'introduction volontaire du CovidCheck à partir du 1er novembre.

Les syndicats critiquent la démarche unilatérale des autorités tant sur le fond que sur la forme. Pour le LCGB, la mesure prévue dans le projet de loi ne fait que provoquer une peur existentielle superflue. Aucun dialogue n'a été proposé en vue de l'introduction de ces mesures qui devraient être validées par la Chambre des députés lundi.

Frustrés et révoltés, les représentants de l'OGBL ont également quitté la réunion sans avoir atteint leur objectif. "Un meeting auquel le Premier ministre n'a même pas assisté", souligne Nora Back, présidente désillusionnée.

Même son de cloche à la CGFP qui avait plaidé pour le maintien des autotests gratuits. Ils regrettent de nombreux points qui, faut d'éclaircissement, ne font que compliquer la situation et les interrogations au sein du syndicat de la fonction publique. Le secrétaire général Steve Heiliger s'interroge si, en cas de refus du CovidCheck, le statut de fonctionnaire est pris en considération, une révocation peut-elle être prononcée?

Le ministre du Travail a également confirmé qu'aucune solution n'avait été trouvée avec les représentants du salariat concernant une hausse des vaccinations, tout en précisant qu'en aucun cas le fossé entre vaccinés et non vaccinés devait être élargi. Dan Kersch précise que le gouvernement entend plutôt appliquer "une pression modérée" sur les personnes non vaccinées.

Lundi, les syndicats discuteront des prochaines démarches à suivre alors que le parlement se réunira à 9 heures afin de valider les nouvelles mesures Covid. Pas de temps à perdre puisque l'actuelle loi Covid expirera lundi à 23h59. Ces mesures entreront en vigueur pour l'horeca à partir du 1er novembre et la nouvelle loi sera valable jusqu'au 18 décembre.

À lire également: les salariés seront bien soumis au régime CovidCheck