Les conditions de circulation au Luxembourg sont-elles plus difficiles qu'avant l'apparition du coronavirus? Zoom sur les derniers indicateurs de l'évolution du trafic.

D'interminables lignes de feux stop allumés, du brouillard, des automobilistes fatigués et une journée qui s'annonce longue... Pas de doute, c'est l'automne. Et ça coince de nouveau sur les routes du Luxembourg.

Ils sont d'ailleurs nombreux à l'assurer chaque jour: la crise est terminée. Du moins, c'est ce que dit l'état du trafic. D'après les outils de mesure de TomTom, la congestion du trafic en heures de pointe la semaine passée était globalement plus importante qu'en 2019. Autrement dit, la circulation se dégrade.

Sur les huit premiers mois de l'année, les compteurs des Ponts et chaussées rapportent toujours un trafic moindre qu'il y a deux ans. Mais pour combien de temps? Avec l'avancée de la vaccination, permettant le retour au bureau de nombreux salariés (qui seront d'ailleurs bientôt soumis au CovidCheck), mais aussi la forme olympique du marché du travail (attirant toujours plus de nouveaux employés), nul doute que les conditions de circulation vont se compliquer pour des milliers d'automobilistes.

Depuis la mi-septembre, le trafic estimé par TomTom au Grand-Duché est sensiblement proche de celui de 2019, déjà très important. La semaine du 13 septembre de cette année, le niveau de congestion était inférieur de 6% (par rapport à 2019). La semaine suivante? Inférieur de 8%. Puis 10% encore après, et seulement 2% d'écart du 4 au 10 octobre. Et ce lundi à 8h, TomTom évaluait la congestion du trafic à 85%, contre 68% en 2019 et 48% en 2020.

Selon le Traffic Index créé par TomTom, chaque automobiliste perd environ quatre jours et neuf heures par an dans les bouchons au Luxembourg.