"La protection de l'environnement doit être une des priorités mais il faut trouver le bon équilibre afin de sensibiliser tous les citoyens" a déclaré Carole Dieschbourg, ministre de l'Environnement, à RTL Radio ce vendredi.

Pour certaines personnes, le pays n'entreprend pas assez et d'autres trouvent que les mesures vont trop loin. "Il faut aborder la sauvegarde du climat tous ensemble, dans une unité sociétale", a déclaré la ministre écolo de l'Environnement. Un peu plus tard dans la matinée, 2.500 jeunes et moins jeunes ont défilé dans la capitale à l'initiative de Youth for climate pour demander plus de justice climatique.

Selon Carole Dieschbourg, il ne s'agit pas seulement de se fixer des objectifs, et on peut se demander s'ils sont assez ambitieux. Cette discussion se fait avec les partenaires économiques mais également avec les jeunes: "ce n'est pas une grand-messe mais notre but est plutôt dans le sens d'un groupe de travail".

La ministre a pris la défense de la politique climatique du gouvernement: "le plan climat et énergie de l'année passée, le pacte climat avec les communes ou encore les différentes primes étatiques livrent des résultats concrets".

NON LE LUXEMBOURG N'EST PAS UN "GRAIN DE RIZ"

Alors que le Premier ministre avait déclaré que le Luxembourg était "un grain de riz" dans la crise climatique, la ministre de l'Environnement le corrige: "Non, nous sommes un des nombreux acteurs à part entière, et dans ce contexte tout le monde doit faire ses devoirs. Le Luxembourg fait partie de la solution".

C'est dans cet état d'esprit que Carole Dieschbourg se rendra en novembre à la COP26 à Glasgow. Même si l'ambition de certains États n'est pas à la hauteur des objectifs de l'UE, la ministre est d'avis qu'il faut continuer le combat: "si nous produisions ici des batteries écologiques, nous pourrions créer des emplois dans des technologies du futur chez nous au lieu de "détruire" d'autres pays".

SUPERDRECKSKECHT: AUCUNE NON-CONFORMITÉ

La ministre a également expliqué qu'après les nombreux articles parus dans la presse au mois de février concernant la Superdreckskëscht, un audit avait été réalisé. Le présent contrat avec la société en charge de la collecte et du recyclage des déchets dangereux ou problématiques a été adapté et amélioré en fonction des résultats de l'analyse indépendante.

Certaines zones d'ombre subsistaient néanmoins après le premier audit, l'opposition a demandé une nouvelle analyse juridique plus profonde mais la ministre a indiqué qu'aucune non-conformité n'avait été détectée.

Carole Dieschbourg a également expliqué que ce dossier, l'affaire Traversini ou encore l'étable au Moulin Dieschbourg la touchaient, mais qu'elle n'avait rien à se reprocher sur le plan juridique. "En tant que politicien, il faut rester concentré sur les tâches importantes qui nous sont confiées".