Les femmes sont toujours moins bien payées que les hommes en 2021, mais cette différence baisse considérablement au Luxembourg.

L'égalité salariale entre les femmes et les hommes doit être une évidence. Elle est ancrée dans la législation luxembourgeoise. Toute inégalité est sanctionnée en tant qu'infraction. Pourtant au quotidien des déséquilibres et injustices persistent.

Par rapport aux autres pays de l'OCDE, le "gender pay gap", la différence salariale entre hommes et femmes, est relativement faible au Luxembourg. En cette journée internationale de l'égalité salariale (International Equal Pay Day), l'OCDE a compilé toutes les données de ses membres et en a fait un graphique, que l'organisation a publié sur Twitter.

Dans ce classement des 38 pays membres de l'Organisation de coopération et de développement économiques, le Luxembourg se classe en 35e position avec un résultat de 4,1 pourcents. Le Costa Rica est le pays où les femmes gagnent autant que les hommes alors que c'est en Corée du Sud où l'écart salarial entre femmes et hommes est encore le plus grand avec 32,5 pourcents de différence.

En Europe, seule la Belgique parvient à faire mieux que le Luxembourg avec 3,4 pourcents de différence. En moyenne, pour tous les pays de l'OCDE, les femmes gagnent 12,3 pourcents de moins que les hommes.

Pour la journée de l'International Equal Pay Day ce 18 septembre 2021, la ministre de l'Égalité entre les femmes et les hommes Taina Bofferding rappelle l'importance de surmonter les écarts qui subsistent.

Le Luxembourg figure ainsi parmi les meilleurs élèves européens. C'est un élément positif.

Toutefois, des écarts importants subsistent selon les secteurs d'activité. Le salaire annuel moyen est de 67.675 euros pour les hommes et de 62.829 euros pour les femmes, comme le montre une récente étude du Statec.

"Les écarts non justifiés ne peuvent pas être tolérés. Ils dévalorisent le travail fourni, rappelant l'époque où le travail des femmes était perçu comme "un complément" au salaire du conjoint", note Taina Bofferding.

Pour inciter à l'action et à surmonter le gender pay gap, la ministre propose d'ailleurs de nombreux outils. Et ce, notamment via le programme Actions positives qui accompagne les entreprises pour réaliser un état des lieux de leurs pratiques et pour vérifier leur politique salariale.

L'outil de mesure LOGIB est disponible gratuitement en ligne et s'adresse à toutes les entreprises de plus de 25 salariés. Il permet de s'auto-évaluer en matière d'égalité salariale.