"C'est frustrant quand un jugement est seulement écrit pour la galerie et qu'il n'est pas exécuté"

Telle est la réaction de la Procureure générale d‘Etat, Martine Solovieff, à l'affaire Sirichai. En 2000, Jean-Marc Sirichai-Kiesch avait été condamné par la justice luxembourgeoise pour avoir tué une femme et tenté de brûler son cadavre. Après 16 ans de cavale, il avait finalement été arrêté en Espagne en 2020. La justice espagnole n'avait pas voulu extrader le fugitif et l'a finalement libéré vendredi dernier.

Martine Solovieff a précisé que le tribunal à Madrid s'était déclaré incompétent pour juger des mineurs. Au moment des faits qui lui sont reprochés, Sirichai était effectivement à quelques heures de son 18e anniversaire. Au Luxembourg, dès l'âge de 16 ans, une personne peut être condamnée comme un adulte en fonction du délit commis. C'est différent en Espagne et c'est pour cette raison que l'affaire va maintenant passer devant une juridiction pour mineurs.

Il existe une "décision cadre" pour la reconnaissance des jugements au sein de l'Union européenne, mais avec la clause facultative qu'il ne faut pas le faire dans le cas où il s'agit d'un mineur selon une autre législation, d'après la Procureure générale d‘Etat.

L'affaire ne serait pas encore définitivement close, résume Madame Solovieff. Mais nous avons considéré qu'il fallait réagir dès à présent avec un nouveau mandat d'arrêt européen et international, afin d'avoir une chance de faire extrader Jean-Marc Sirichai s'il quittait l'Espagne.