Il faut absolument que les écoles restent ouvertes, sans oublier les risques que cela entraîne, notamment une éventuelle hausse des hospitalisations, même chez les plus jeunes.

Le docteur Isabel De La Fuente, de la clinique pédiatrique (Kannerklinik) est spécialiste en maladies infectieuses chez les enfants. L'éducation des plus jeunes a fortement souffert durant la pandémie, il faut donc absolument tout faire pour que les écoles restent ouvertes, mais selon elle, il est encore trop tôt pour assouplir les mesures sanitaires: "la pandémie n'est pas encore terminée".

La spécialiste se réjouit cependant des tests antigéniques proposés deux fois par semaine aux plus jeunes car les variants en circulation sont plus contagieux chez les enfants, des indices existent également comme quoi ils seraient plus virulents, mais cela doit encore être confirmé.

Les hospitalisations représentent également une crainte à la Kannerklinik avec une éventuelle augmentation à la rentrée, même si les responsables de la clinique pédiatrique ne s'attendent pas à une explosion des entrées. Ces nouveaux patients viendraient s'ajouter à ceux déjà touchés par l'épidémie de virus respiratoire syncytial (RSV).

Certaines femmes enceintes atteintes du Covid ont accouché prématurément, ce qui a probablement fragilisé la santé des bébés et des nouveaux-nés. "Si les parents sont vaccinés, cela protège également les enfants", souligne le docteur De La Fuente, qui se base sur des études réalisées aux États-Unis où plus de 50.000 enfants ont été hospitalisés suite à une infection au Covid-19. La spécialiste demande enfin aux adultes de se montrer solidaires face aux plus jeunes qui ont déjà trop souffert de cette pandémie: il faut leur permettre d'aller à l'école et d'avoir à nouveau des contacts sociaux, mais pas à n'importe quel prix.

RTL

Dr De La Fuente / © RTL