Deux test-rapides par semaine, pas de masque en cours et vaccination à l'école à l'automne. Paulette Lenert, ministre de la Santé, et Claude Meisch, ministre de l'Éducation, ont présenté ce jeudi les nouvelles mesures qui entreront en vigueur le 15 septembre.

La loi Covid actuelle "fonctionne" et sera prolongée jusqu'au 18 octobre en mettant fin à la gratuité des tests au Large Scale Testing et en instaurant le CovidCheck à l'hôpital, ont annoncé mercredi le Premier ministre Xavier Bettel et Paulette Lenert.

De retour devant le micro ce jeudi, la ministre de la Santé était en compagnie de Claude Meisch, ministre de l'Éducation nationale, pour présenter les nouvelles mesures sanitaires pour la rentrée des classes.

Globalement Claude Meisch a expliqué que la rentrée prochaine "se fera dans la continuité" en prenant toutes les précautions par rapport à l'épée de Damoclès que continue de représenter le Covid-19 et particulièrement son variant Delta. "Si la situation l'exige nous devons réagir rapidement", glisse le ministre de l'Éducation nationale qui n'exclut pas un retour à l'enseignement à distance en cas de nouvelle vague. Mais son but est de "ne plus fermer les écoles".

Des cours en présentiel, être assis en classe sans masque et tenir le virus à l'écart de l'école, ce sont les trois grands objectifs que s'est donné le ministre de l'Éducation nationale.

Le dernier objectif est le plus ambitieux mais les chiffres révélés ce jeudi indiquent que le Luxembourg est plutôt bien "armé" pour cette rentrée en terme de vaccination des acteurs. Les ministres savent que 87% des enseignants et 55% des plus de 12-18 ans sont entièrement vaccinés contre le Covid-19. Le "maillon faible" au moment de la rentrée étant les moins de 12 ans pour lesquels la vaccination n'est pas obligatoire.

PAS DE MASQUE OBLIGATOIRE EN COURS 

"l'École va commencer sans masque. Dès que l'enseignement commence élèves ôteront leur masque", pose d'emblée Claude Meisch. Idem dans la cour de récréation.

En revanche, le port du masque reste obligatoire quand les élèves circulent dans l'établissement et dans les transports scolaires et au "cours d'une activité avec plus de dix personnes". Ce qui peut le rendre obligatoire dans les crèches mais "pas pour les petits", glisse le ministre.

Mais à l'inverse, le non-port du masque n'est "pas une obligation". "Chacun pourra décider pour soi-même de le porter ou non", souligne le ministre.

Le masque deviendra à nouveau "obligatoire pour tous si quelqu'un est positif" et jusqu'à ce que tout le monde soit testé.

TESTÉS À L'ÉCOLE ET AU LYCÉE

Dès que le virus est repéré dans une classe, "l'enseignement passera sous le "régime du 3G": écoles et maisons-relais fonctionneront pour les enfants vaccinés, guéris ou testés. Les non-vaccinés seront testés toutes les 48 heures à l'école", explique Claude Meisch.

Comme la recette a plutôt bien fonctionné l'année scolaire passée, la stratégie de tests sera renforcée dès septembre et "il y aura 2 tests à l'école fondamentale par semaine et 2 tests-rapides au lycée: un test au lycée même et un à domicile", annonce Claude Meisch. Paulette Lenert précise que "les enfants (testés à l'école) auront un certificat valable pour 48 heures" pour toutes les activités hors école.

VACCINATION À L'ÉCOLE CET AUTOMNE

La possibilité de faire vacciner les enfants dans les écoles, comme ce sera le cas en France, est déjà dans les cartons ont fait comprendre les deux ministres.

"Je suis confiante, pour l'automne nous aurons un paquet bien ficelé", assure Paulette Lenert. Un groupe de travail planche déjà sur une vaccination efficace à l'école.

Mais "il est clair que les mineurs ne pourront pas être vaccinés sans les parents", pose tout de suite Claude Meisch. Et il s'explique: "Cela se fera en deux étapes: d'abord informer et donner la possibilité de poser des questions. Et ensuite, on s'adressera aux parents pour voir s'ils ont d'accord avec une vaccination à l'école", explique Claude Meisch.

PAS DE COVIDCHECK POSSIBLE CAR...

Le CovidCheck ne sera mis en place à l'école que si le Covid-19 est repéré dans une classe. Mais il ne peut pas devenir une règle à l'école.  La grande différence entre ce qui se passe dans la vie quotidienne avec l'école est que nous avons au Luxembourg "un droit à l'éducation" et "pas le droit d'envoyer chez lui un élève qui n'est pas vacciné", explique le ministre de l'Éducation nationale.

Les deux ministres ont insisté sur l'atout indéniable que continue de représenter la vaccination à la plus large échelle possible.

À lire également: Rentrée au Luxembourg: Pas de CovidCheck ni de port du masque obligatoire dans les écoles