La meilleure protection contre le Covid long, c'est la vaccination, a dit vendredi matin le docteur Gaston Schütz, directeur du Rehazenter, qui était l'invité de la rédaction de RTL.

Selon les estimations, 10% de l'ensemble des patients Covid présentent toujours un mois après l'infection, des symptômes qui compliquent leur quotidien.

Un projet pilote du ministère de la Santé a été lancé à la mi-août pour prendre en charge des patients Covid long. Il a pour cadre le Rehazenter au Kirchberg, le Centre hospitalier neuropsychiatrique (CHNP) à Ettelbruck et le Domaine thermal à Mondorf.

La filière Covid long compte à ce jour 131 patients, dont 44 sont déjà en traitement. Les autres en sont encore au stade du diagnostic pour déterminer s'il s'agit vraiment de patients Covid long.

Il faut savoir qu'il y a plus de 200 symptômes différents chez les patients Covid long, selon le directeur du Rehazenter. Les problèmes les plus fréquents sont une fatigue chronique, des problèmes respiratoires, des douleurs thoraciques, une toux, la perte du goût et de l'odorat, des vertiges et la perte d'appétit. Cependant, au moins un quart des patients n'ont pas de problèmes physiques mais des problèmes psychiques allant de la difficulté à se concentrer à la dépression. Les gens parlent d'un "brouillard dans la tête", qu'ils ne pourraient pas vraiment décrire et d'une perte de leur qualité de vie.

Des enfants et des adolescents auraient aussi du mal à se concentrer et seraient très fatigués. Des parents ne reconnaîtraient carrément plus leurs enfants. C'est une découverte du projet pilote. C'est pourquoi le Centre neuropsychiatrique a été intégré ultérieurement au projet. Au départ, le CHNP n'était pas prévu comme acteur du projet pilote.

Le diagnostic d'un Covid long est établi par le médecin traitant, qui adresse alors le patient au CHL, où un bilan complet est réalisé par une équipe d'experts, et là, on regarde au cas par cas, où la personne sera la mieux encadrée.

Le projet pilote est initialement prévu pour six mois. Il semble cependant presque certain qu'il devra être prolongé.

Il n'existerait pas encore de véritable thérapie pour les patients concernés. Ce sont les symptômes qui sont traités, selon le docteur Schütz, qui précise encore que la grande majorité des patients Covid long n'étaient pas vaccinés. La vaccination aurait un impact certain pour ne pas développer un Covid long.

Le directeur du Rehazenter a qualifié de "très courageuse" la démarche du CHL de n'embaucher que du personnel vacciné contre le Covid. Gaston Schütz a parlé d'une "annonce respectable". Le Rehazenter, pour sa part, ne souhaite pas suivre cette voie. Il pourrait toujours y avoir de nouveaux collaborateurs potentiels qui ne pourraient pas se faire vacciner pour des raisons médicales. Le Rehazenter applique très strictement le système CovidCheck, ce qui signifie que tous ceux qui ne sont pas vaccinés ou guéris, doivent se faire tester chaque fois qu'ils entrent dans l'établissement.

En tant que médecin, Gaston Schütz est toutefois fermement convaincu que la vaccination est la voie qui nous sortira de la crise Covid.