Après les inondations records de cette mi-juillet, les communes ont collecté près de deux fois plus d'ordures et d'encombrants que d'ordinaire! Ils arrivent maintenant au SIDOR, le centre de traitement des déchets à Leudelange.

C'est dans le nord-est du pays et dans les vallées de la capitale que les équipes de ramassage des débris et déchets avaient le plus à faire suite aux inondations des 14 et 15 juillet au Luxembourg. La commune de Luxembourg-Ville continue encore d'apporter son aide aux particuliers, aux associations et aux communes alentours.

Suite aux inondations, l'équipe de la hotline à Luxembourg-Ville avait atteint ses limites jeudi matin. Les ouvriers communaux se sont rendus là où leur aide était nécessaire et ont mis les mains à la pâte. Au total, trois équipes supplémentaires avec un total de 12 personnes ont été mobilisés sur le terrain. Le premier jour, ils ont collecté 3 tonnes de machines à laver, explique Patrick Goldschmidt, président du Syndicat intercommunal pour la gestion des déchets en provenance des ménages et des déchets assimilables des communes des cantons de Luxembourg, d’Esch et de Capellen (SIDOR).

"Si nous collectons 600 à 700 tonnes un jour de semaine normal, au moins 1.200 tonnes arrivent par jour en ce moment. Cela représente environ 250 camions par jour", explique M. Goldschmidt.

Mais tous les déchets n'ont pas encore pu être ramassés. Beaucoup de sinistrés n'ont pas encore vidé complètement leurs caves, d'autres étaient en vacances et n'ont pas encore fait le ménage. ,

"À la ville de Luxembourg, on constate qu'on va très certainement continuer à travailler avec des équipes tout le week-end. Partout dans les quartiers où l'eau stagnait, que ce soit maintenant au Grund, à Clausen, Pfaffenthal, Eich, Beggen mais aussi à Merl, où tous les tous les appels pour l'enlèvement de déchets encombrants seront pris en compte sans complications."

Une vague de déchets et d'objets encombrants arrivent au SIDOR: "La semaine dernière, il y avait 1.700 tonnes de déchets encombrants de plus que d'habitude, dont 1.200 tonnes provenaient de l'est et du nord du pays. On peut dire 500 tonnes proviennent des communes du SIDOR".

Pour faciliter le travail du SIDOR, il serait bienvenue que les habitants trient au mieux les objets qu'ils déposent dans les rues.