Il serait peu probable qu'ArcelorMittal reprenne l'aciérie de Liberty Steel à Dudelange.

C'est ce qu'a annoncé le ministre Franz Fayot, mercredi matin aux députés de la Commission de l'Economie. Cela est apparu encore plus ouvertement après la demande adressée par les députés européens luxembourgeois, Isabelle Wiseler et Christophe Hansen, à Margrethe Vestager, la Commissaire européenne à la Concurrence.

La situation de l'unité de production de Dudelange reste précaire, selon le député CSV Laurent Mosar.

"L'usine fonctionne à présent à une capacité beaucoup plus faible qu'auparavant. Ce matin, le ministre Fayot nous a assuré que les salaires pour juillet et août sont garantis. Mais il n'a pas pu nous dire ce qui se passera ensuite."

La participation de l'Etat au capital de Liberty Steel resterait une option qui pourrait être prise "en dernière instance", a déclaré le ministre de l'Economie mercredi matin. La SNCI, la Société Nationale de Crédit et d'Investissement, pourrait prendre une participation, si cette dernière est liée à un projet industriel.