Urticaire et démangeaisons provoqués par les poils des chenilles processionnaires (mais pas uniquement) compliquent le quotidien de nombreuses personnes. Les pharmaciens sont les premiers témoins... débordés.

"Je n'ai jamais vu ça de ma vie ! Ni d'ailleurs mes confrères, ni mes consœurs... C'est le même son de cloche partout", atteste Alain de Bourcy, le président du Syndicat des pharmaciens luxembourgeois. "Ça", c'est la véritable vague d'urticaire que déclenchent les poils des chenilles processionnaires du chêne et qui touche de nombreuses personnes au Luxembourg depuis la fin de la semaine dernière.

Peaux irritées et démangeaisons ont eu pour effet de créer dès vendredi et durant la journée de samedi, des files de personnes touchées, devant les comptoirs des pharmacies. "C'est le cas dans toutes les pharmacies", confirme le Dr Jean-Paul Schwartz, médecin généraliste installé dans la capitale.

RTL

© Maurice FICK / RTL

Et tous viennent chercher le même remède: une crème ou un gel antihistaminique. Délivrés sans ordonnance, ils calment les désagréables sensations de démangeaison et évitent d'autres complications cutanées pouvant survenir à force de se gratter. "Ce lundi matin j'ai reçu 100 gels antihistaminique et à midi, tous étaient partis", témoigne le Dr Alain de Bourcy, encore sous le coup de l'étonnement.

Dès vendredi soir, le ministère de la Santé a alerté les professionnels de la Santé du constat de "plusieurs foyers d'irruption" de chenilles processionnaires "surtout dans le Sud au pays comme dans la région Grand-Est" voisine. Le même phénomène de queue devant les pharmacies a été constaté samedi en Moselle.

"Mais ça ne peut pas être le seul fait des chenilles processionnaires du chêne... Il n'y a pas autant de chênes !", lance sur un ton interrogateur le président du Syndicat des pharmaciens luxembourgeois en considérant la situation dans la capitale. Et il rajoute: "On nous dit que ce sont des acariens et des aoûtats".

Quand les démangeaisons sont trop importantes, "nous pouvons conseiller une crème à la cortisone en vente libre ou des comprimés antihistaminiques à prendre par voie orale. Mais si ça gratte partout mieux vaut aller voir son médecin de famille", recommande le Dr Alain de Bourcy.

Le service des urgences pédiatriques du CHL confirme par ailleurs qu'il y a bien une recrudescence de cas aux urgences, dont une partie est liée aux chenilles processionnaires du chêne.

Même si le code interne "allergies" ne permet pas de chiffrer précisément les cas d'urticaires liés à la chenille, "il y a effectivement une augmentation des cas enregistrés aux urgences du CHEM mais sans cas sévère", assure de son côté Eric Dickes, chargé de communication au centre hospitalier d'Esch-sur-Alzette.

De son côté, le ministère de la Santé et de l'Environnement ont mis en place un Plan d'action "chenille processionnaire du chêne" cette année.

À LIRE ÉGALEMENT: SE PROTÉGER ET SE SOIGNER: CE QU'IL FAUT FAIRE 5OU PAS° FACE AUX CHENILLES URTICANTES