Une nouvelle avancée vers le tiers payant est sur le point d'être réalisée au Luxembourg. La numérisation des documents de santé va s'accélérer, notamment via une application, dès cet été.

Le télépaiement des soins de santé est sur le point d'avancer. Ce mercredi, le ministre de la Sécurité sociale, Romain Schneider a signé un avenant avec la Caisse nationale de santé (CNS), l'Association des médecins et médecins-dentistes (AMMD) et le Cercle des médecins-dentistes (CMD). Ce document va permettre l'échange numérique d'informations entre les médecins(-dentistes), les assurés et la CNS.

D'après le ministère, qui avait évoqué des travaux pour moderniser et numériser le paiement et le remboursement des soins, le déploiement des systèmes informatiques est en cours depuis ce mois de mai.

Concrètement, les médecins équipés "pourront imprimer le mémoire d’honoraires avec un code QR". Une fois que la CNS recevra le document, celle-ci pourra "récupérer numériquement le même document sur un serveur où il a été stocké par le système du médecin". Une procédure qui mettra fin au "travail de saisie de données à la CNS, et ainsi les remboursements peuvent être exécutés plus rapidement".

La CNS espère qu'au moins un médecin sur trois soit équipé d'ici le mois de juillet.

UNE APPLICATION POUR ACCÉLÉRER LE REMBOURSEMENT

Dès cet été, le gouvernement prévoit également de lancer une application CNS pour smartphone. Grâce à celle-ci, les médecins seront capables "d’envoyer leurs mémoires d’honoraires de manière numérique, à l’instar de la téléconsultation actuellement en place".

Pour les patients, l’application permettra de télécharger électroniquement les documents de soins de santé et de les transmettre, par exemple à la CNS pour un remboursement. Elle marquera le début de l'abandon du papier. "Cette application facilitera encore d’avantage l’échange des documents entre les médecins(-dentistes), l’assuré et la CNS. L’application amènera également une facilitation du travail administratif du médecin, car l’impression du document sur papier ne sera plus nécessaire, et donc un remboursement plus rapide pour l’assuré."

Le système sera lancé avec les mémoires d’honoraires numériques, mais sera "très rapidement" enrichi pour accepter aussi les ordonnances de médicaments et les certificats d'Incapacité de travail numériques. Ces documents pourront alors également être échangés digitalement entre médecin et assuré. Ainsi, il sera possible d'accéder en ligne à son certificat et le transmettre à la CNS et à l'employeur.

UNE ÉTAPE VERS LE TIERS-PAYANT

Toujours à l'état de projet (et de promesse de la coalition), le tiers payant semble toutefois en bonne voie.

Selon le ministère de la Sécurité sociale, ce nouveau système va servir d'"intermédiaire en attendant le lancement du Paiement immédiat direct". Celui-ci sera prêt en 2023. Il ne restera alors qu'une fraction des soins à payer directement chez le professionnel de santé. L'autre partie, prise en charge par la CNS, se fera "simultanément".

Évidemment, la CNS conservera la version papier afin de permettre à tous d'utiliser le service qui leur convient le mieux.