De la téléréalité aux conversions en ligne à l'Islam: le Parisien consacre ce dimanche un article au Luxembourgeois Dylan Thiry, exilé à Dubaï où ses activités religieuses font polémique.

Ce dimanche, Le Parisien a publié un article intitulé "Téléréalité et conversions à l’islam en ligne : l’étonnant parcours de Dylan Thiry, ex-candidat de Koh-Lanta" (et de "La Villa des cœurs brisés").

L'article raconte comment, "pendant le ramadan, Dylan Thiry, 26 ans, organise chaque soir sur Instagram des directs avec un ancien imam au cours desquels des invités se convertissent à l’islam".

Cela a valu au Luxembourgeois d'être critiqué pour son prosélytisme mais aussi pour ce mélange des genres assumé par "l’influenceur aux 850 000 abonnés, qui gagne sa vie grâce à la téléréalité et aux placements de produits".

le Luxembourgeois a rétorqué qu'"Un musulman peut avoir les yeux bleus, les cheveux blonds, aimer le luxe et avoir une Lamborghini". Il bénéficie aussi du soutien de nombreux fans. Il multiplie en effet les déclarations pacifiques sur sa religion, et est aussi engagé dans des actions de charité, comme lorsqu'il s'est rendu au Sénégal pour aider à l'approvisionnement en eau potable.

DUBAÏ, PARADIS ARTIFICIEL... ET FISCAL

Ce n'est pas la première fois que le Luxembourgeois, exilé à Dubaï, fait polémique à ce sujet. En mai 2020, il s'était déjà plaint d'un bug informatique, alors qu'il réalisait un Instalive avec un imam pour informer ses abonnés susceptibles d'être attirés par cette religion:

Dubaï qui, d'ailleurs, n'attire pas que les croyants! Ce "paradis artificiel" est aussi un paradis fiscal pour beaucoup d'influenceurs, comme l'a rappelé Marie S'infiltre dans une vidéo où elle a piégé certains de ces exilés. "Les influenceurs français expatriés à Dubaï : des stars millionnaires qui ont quitté la France et surtout ses impôts, en laissant derrière-eux un nuage de codes promo. Des stars de la réalité créés de toutes pièces par nos besoins les plus vils : se vider le cerveau dans l’obscénité d'une bêtise qui fascine, qui fait rire, qui divertit totalement. Certains les adulent, d’autres les détestent, mais pourtant, nous les regardons vivre, nous connaissons le nom de leurs enfants, la marque de leurs vêtement, la couleur de leur voiture" écrit-elle sur sa page Youtube.