Jeudi matin, un vol à destination de Lisbonne s'est transformé en cauchemar pour une quinzaine de passagers. Bloqués par la sécurité, ils sont restés cloués au sol.

La rédaction de RTL 5minutes a été contactée par les passagers dépités d'un vol de la compagnie Ryanair en direction de Lisbonne. Jeudi matin, ils sont une quinzaine à être restés cloués au sol. Arrivés aux alentours de 9h pour prendre leur avion à 10h25, ils n'ont pas pu passer les portes d'embarquement avant leur fermeture.

"Alors que nous étions une centaine de personnes à devoir passer le contrôle de sécurité, il n'y avait qu'une ligne d'ouverte" témoigne Katia Ferroukhi, l'une des laissés-pour-compte du vol FR1792 de la compagnie Ryanair. Un ralentissement de procédure est à l'origine du problème.

Les minutes passent et les agents de sécurité de l'entreprise G4S, mandatée par lux-Aiport, font de nombreuses fouilles. Katia est une habituée des transports aériens: "Quand la compagnie a passé trois appels pour que nous nous présentions à l'embarquement, j'ai demandé à ce que les passagers pour Lisbonne passent en priorité. L'autre avion partait plus tard." Elle est encore surprise par le refus qu'elle reçoit. "Quand nous avons fini par passer, à 9h55, les portes d'embarquement étaient closes."

"IL FALLAIT VENIR PLUS TÔT"

Depuis, la jeune femme, son conjoint et 13 autres personnes cherchent à obtenir des réponses. "La compagnie Ryanair nous dit qu'elle n'est pas responsable et nous a renvoyés vers lux-Airport. Nous avons demandé à parler à la direction, mais rien." Katia et ses compagnons d'infortune se sentent démunis, sans explications, ni solutions. " 'Il fallait venir en avance' nous a répondu la personne du service presse qui a fini par venir nous voir", une réponse qui exaspère Katia venue d'Arlon.

Le groupe a décidé de s'unir pour entamer des réclamations auprès de la compagnie Ryanair et de l'exploitant de l'aéroport pour obtenir réparation. Aux dernières nouvelles, tous n'avaient pas trouvé de solutions pour se rendre au Portugal. Pour Katia et son compagnon, c'est un peu mieux: "Nous avons repris des billets pour demain avec Luxair, ça nous a coûté 361€. Heureusement, nous n'avons pas à refaire de test PCR".

Le couple va devoir rentrer en Belgique ce soir pour revenir demain après une journée passée dans un terminal du Findel. En espérant qu'ils puissent cette fois monter dans l'avion pour leurs vacances, "les premières depuis novembre" ajoute Katia qui est responsable d'un foyer de la Croix-Rouge au Luxembourg.