L'ouverture des restaurants à partir du 16 mai, laisse un certain nombre de questions en suspens, a dit jeudi le président de l'Horesca, Alain Rix, interrogé sur RTL.

Le Premier ministre, Xavier Bettel, a annoncé mercredi la réouverture prochaine des cafés et des restaurants, avec certaines réserves. Les mesures prévues laissent de nombreuses questions en suspens, selon Alain Rix.

"Après les 500.000 premiers tests gratuits, qui payera pour les tests rapides? Qui doit effectuer le test? Où doit être réalisé le test? Au domicile ou au restaurant? Pourquoi n'est-il pas valable plus de 12 heures? Pourquoi les personnes vaccinées doivent-elles aussi effectuer un test? Pourquoi peut-on manger en famille à la maison, alors que pour aller au restaurant, tout le monde doit passer un test? Nous ne voyons pas de logique derrière tout cela", affirme le président de l'Horesca.

"Nous nous réjouissons évidemment de pouvoir enfin à nouveau travailler, mais il y a eu un manque de communication préalable avec le ministère de la Santé à propos de la mise en œuvre concrète des mesures. Sinon nous aurions pu établir un plan."

Tel que l'Horesca l'a compris, cela ne devrait pas être si compliqué. "Les clients arrivent, ils font un test sur place. S'il est négatif, ils peuvent rester, s'il est positif, ils doivent se mettre en auto-quarantaine. Nous n'en savons pas plus pour l'instant", dit Alain Rix.