La Chambre de commerce luxembourgeoise organisait ce mercredi une présentation de son "Baromètre de l'économie". Au programme, les dernières données du pays: croissance, chômage et état des lieux des entreprises.

Touché mais pas coulé. Dans son baromètre de printemps, la Chambre de commerce fait le point sur la situation économique du Luxembourg.

Sa résilience générale se confirme - sa récession est une des plus faibles d'Europe - et le marché du travail a lui aussi bien résisté. "L'économie luxembourgeoise a créé des emplois depuis la crise" a confirmé Carlo Thelen, directeur général de la Chambre de commerce. Il y a eu certes des créations de postes de fonctionnaires - des emplois publics donc - mais aussi un rebond dans certains secteurs du privé. La capacité du Luxembourg n'a donc pas été complètement enrayée, même si elle a été fortement ralentie.

Son rebond véritable reste toutefois incertain, les prochains mois n'étant que difficilement lisibles pour les entreprises. C'est pour cette raison que le Luxembourg doit maintenir son soutien, estime la Chambre de commerce dans son baromètre du printemps. "Ces aides sont autant essentielles aujourd’hui que demain, comme le montre la situation de secteurs tels que le commerce et l’horeca. Elles permettront, par ailleurs, aux entreprises de disposer de la trésorerie indispensable à la relance de leur activité. C’est pourquoi leur retrait devra être progressif."

Le "marathon" évoqué par Xavier Bettel l'automne dernier est toujours vrai. "L’évolution de l’activité au cours des six derniers mois montre une remarquable similitude avec les anticipations des dirigeants d’entreprises exprimées à l’automne dernier" indique la Chambre de commerce dans son baromètre. "Si ceux-ci étaient pessimistes, ils avaient bien raison de l’être. Au cours des six derniers mois, l’activité a baissé pour quatre entreprises sur dix et augmenté pour seulement deux entreprises sur dix. La baisse a, certes, été moins brutale qu’au cours de l’été et du printemps dernier, mais elle est surtout la 3ème consécutive observée par les entreprises."

Au final, la progressivité des aides est d'autant plus importante que l'on ignore encore quand le retour à la normale aura lieu. "On sait que cette pandémie n'est pas terminée" a estimé Carlo Thelen, notamment pour les activités qui impliquent de se rassembler, comme l'événementiel, l'horeca... "L'hésitation à se faire vacciner y est aussi pour quelque chose."

Le directeur général ne peut que temporiser: "On ne voit pas de retour à la normale dans les six prochains mois." Le secteur de la finance a beau avoir vu son activité progresser, d'autres sont toujours à la peine. C'est le cas de l'horeca, de la construction, des services et des transports. Avec leur baisse de moyens, c'est l'emploi et la formation qui ont compensé la chute. L'avancée de la protection des résidents et la levée des mesures sanitaires durant les prochains mois décideront du rebond économique du Luxembourg.