Les résidents du Grand-Duché figurent parmi les européens les plus critiques vis-à-vis des décisions européennes pour combattre la pandémie, selon le dernier Eurobaromètre.

Qui a dit que les résidents du Grand-Duché étaient des européens dociles et consensuels? Ce cliché est mis à mal par le dernier sondage Eurobaromètre sur le Luxembourg*, un pays qui se trouve "en deuxième position quant au nombre de personnes insatisfaites des décisions prises par l’UE pour combatte la pandémie actuelle" (après la Grèce).

Pourquoi un tel mécontentement? Principalement un manque de leadership européen, expriment les sondés: "Trois quarts des personnes interrogées estiment que plus de décisions devraient être prises au niveau de l’UE."

Malgré cet avis critique, la moitié des résidents du Luxembourg font confiance à l’Union européenne de prendre les bonnes décisions à l’avenir en réponse à la pandémie de coronavirus.

D’après les résidents du Luxembourg, "la priorité doit être donnée à la mise en place d’une stratégie européenne pour faire face aux futures crises liées à la santé, garantir un accès rapide à des vaccins sûrs et efficaces pour tous les citoyens de l'UE et élaborer une politique de santé européenne."

Parlons-en des vaccins, justement: "le développement et l’autorisation des vaccins sont jugés trop hâtifs pour être sûrs par 53% des résidents". Mais une fois encore, la critique est nuancée: "70% des personnes interrogées au Luxembourg sont d’avis que la vaccination est le seul moyen d’éradiquer la pandémie." La grande majorité des personnes interrogés (79%), indique que l’UE joue un rôle clé pour garantir l’accès aux vaccins contre la Covid-19, un taux plus élevé que la moyenne européenne (69%).

OPTIMISTES POUR L'AVENIR ECONOMIQUE DU LUXEMBOURG

Autre volet de l'Eurobaromètre, l'analyse de l'opinion quant à l'avenir économique du pays. Sans surprise, les résidents sont très optimistes: plus de huit personnes sur dix jugent bonne la situation économique du Luxembourg, et ont globalement confiance dans l’avenir. Deux ombres viennent pourtant assombrir le tableau : Le coût de la vie, dont particulièrement celui du logement, et la santé sont considérés comme les principaux problèmes du pays.

88% des personnes interrogées jugent leur situation professionnelle bonne voire très bonne, surtout les résidents âgés de 35 à 44 ans (91% d’opinions positives), tandis que 41% des 25-34 ans s’attendent à une amélioration de leur situation professionnelle dans les 12 prochains mois.

*: TNS-Ilres a interrogé entre le 18 février et le 7 mars 2021 près de 600 résidents du Luxembourg de différents âges, classes sociales et nationalités pour le compte de la Direction générale Communication de la Commission européenne.