En ce moment, dans les hôpitaux luxembourgeois, les psychiatres doivent faire un tri pour décider quel patient va obtenir un lit à l'hôpital.

Le président de la Société luxembourgeoise de Psychiatrie, le docteur Paul Hédo, a déclaré jeudi sur la radio 100komma7 que dans les services de psychiatrie pour adultes, il fallait chaque jour décider s'il fallait laisser partir certains patients pour pouvoir en prendre d'autres.

A ce jour, cela n'a pas encore entraîné de "grandes catastrophes", mais de nombreux patients toxicomanes, par exemple, doivent serrer les dents parce qu'ils seront hospitalisés plus tardivement que normalement.