La livraison de vaccins Spoutnik V déjà été soulevées "plusieurs fois" entre hauts responsables russes et luxembourgeois. Elle est tributaire du feu vert de l'Agence européenne des médicaments mais "on est prêt", assure Dmitri Lobanov.

Le Luxembourg a encore accéléré d'un cran ce lundi sa campagne vaccinale. La 5e phase ouvrant la vaccination aux plus de 55 ans a démarré, un 5e centre de vaccination a ouvert ses portes du côté du Findel et les premières doses du vaccin Johnson et Johnson sont bien arrivées lundi.

La polémique liée aux risques de thrombose suite à l'injection du sérum d'AstraZeneca, n'a pas grignoté le capital de vaccins du Luxembourg mais le Luxembourg manque de vaccins pour immuniser plus vite davantage de résidents. L'option d'acquérir dès que possible le vaccin russe Spoutnik V se fait de plus en plus probable.

Le Premier ministre Xavier Bettel a récemment eu un entretien avec le président Vladimir Poutine pour parler de la possibilité de recevoir le vaccin russe. L'ambassadeur de la fédération de Russie au Luxembourg, Dmitri Lobanov confirme: "On a parlé plusieurs fois, y compris nos deux présidents, de cette possibilité de livrer des vaccins russes au Luxembourg. Mais malheureusement tout est bloqué au niveau de cette fameuse agence européenne EMA".

Au micro de RTL, Dmitri Lobanov assure que "dès qu'on a le feu vert de cette agence on va examiner ensemble cette possibilité." Et il se veut rassurant sur l'issue favorable de la demande luxembourgeoise: "Pour nous c'est très faisable. C'est à vous de nous dire quelle quantité vous avez besoin et c'est à nous de les livrer. Mais on est prêt".

DÉJA UTILISÉ PAR 50 PAYS 

La distribution du vaccin Spoutnik V au Luxembourg a même fait l'objet d'une pétition publique (n°1827) ouverte à signature depuis le 2 avril (120 signatures collectées jusqu'ici). Se référant à l'étude scientifique parue dans The Lancet, son auteur explique que "le vaccin Spoutnik V est efficace à 91,6 % et déjà utilisé dans plus de 50 pays dans le monde".

Ce mardi, L'Inde a approuvé le vaccin russe, alors qu'une flambée de contaminations sévit dans le pays de 1,3 milliard d'habitants. Depuis jeudi dernier, l'Allemagne discute d'ailleurs de possibles commandes de Spoutnik V, sans attendre le feu vert de l'Union européenne et malgré les réserves que le vaccin russe anti-Covid continue de susciter en Europe. Le Fonds souverain russe (RDIF), qui a financé le développement du produit a fait savoir qu'il a débuté les négociations avec Berlin "pour un contrat d'achat anticipé".

Le vaccin russe ne pourra pas être autorisé au sein de l'UE "avant la fin du mois de juin", avait averti Clément Beaune, le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes, en début de mois.