La majorité de ces actes de piraterie ont été commis dans le Golfe de Guinée, par des pirates vraisemblablement originaires du Nigéria.

Ces derniers sont très violents et spécialisés dans l'enlèvement de membres d'équipage et demandes de rançons ainsi que dans le détournement de navires.

Rien qu'en 2020, il y a eu 82 attaques de pirates dans cette région du Golfe de Guinée. Deux navires battant pavillon luxembourgeois y ont été visés.

Le Golfe de Guinée est une région pétrolifère. Deux sociétés enregistrées sous pavillon maritime luxembourgeois sont régulièrement actives dans cette zone dangereuse au large des côtes occidentales africaines.

Les membres d'équipage de ces navires n'ont pas le droit d'être armés à bord pour pouvoir se défendre s'ils sont attaqués par des pirates. En revanche, la présence de gardes armés employés par des sociétés ad hoc est autorisée et ces derniers peuvent recourir à la légitime défense.

Ces précisions ont été apportées par le ministre de l'Economie, Franz Fayot, en réponse à une question parlementaire de la députée socialiste, Lydia Mutsch, qui faisait suite à l'attaque, il y a deux semaines du navire Bourbon Evolution battant pavillon luxembourgeois au large des côtes du Nigéria.

Lors de l'attaque, les membres d'équipage avaient réussi à donner l'alerte avant de se réfugier dans une structure interne du navire.