Plusieurs personnes ont défilé dans les rues de la capitale ce samedi après-midi en faisant passer des messages contre les lois liberticides.

"Diviser pour mieux régner" ou "Je suis asphyxié, je suis prisonnier, je suis oppressé": des messages portés à même le corps par ces manifestants en tenue de sécurité comme on peut les retrouver dans les hôpitaux aux services des maladies infectieuses et qui font souvent la Une des journaux.

PAS DE MASQUE - PAS DE LIBERTÉ

Un cortège qui a commencé près de la place d'Armes avec une bande son alarmiste à la voix robotisée: "les câlins sont dangereux, la famille est dangereuse, évitez tout contact humain, suivez les mesures pour vous protéger, pas de masque, pas de liberté" afin de bien faire comprendre aux personnes présentes que le virus est une manipulation politique sans oublier que ces lois sont contre-nature.

Le centre de la capitale a donc été la scène de cette manifestation véritablement axée contre les décisions prises par le gouvernement et les autorités, une manière de faire comprendre que les citoyens au Luxembourg en ont assez et qu'une partie de la population n'y croit pas ou plus.