Près de 300 sans domicile fixe vivent dans la précarité et ne seront pas vaccinés avant des mois. Ils "ne sont pas plus contagieux mais il faut s'en occuper plus rapidement car ils ont une santé plus fragile", prévient la directrice de la Stëmm vun der Strooss.

La Russie et la Roumanie ont lancé ce week-end la vaccination anti-Covid de leurs sans-abri. Le Danemark les a remonté dans l'ordre prioritaire d'accès au vaccin, après des appels d'associations et d'élus. En France, la vaccination des près de 300.000 sans domicile fixe doit intervenir au printemps alors que le taux de contamination parmi ces populations suscite l'inquiétude.

Au Luxembourg, les sans-abri seront vaccinés parmi les derniers. C'est programmé ainsi, "les personnes vivant dans la précarité seront vaccinés dans la phase 6 prévue dans la campagne de vaccination", rappelle le ministère de la Santé que RTL 5 minutes a sollicité sur l'épineuse question. La campagne nationale compte 6 phases et la 2e vient tout juste de démarrer. La phase 6, dont il est impossible de prévoir la date de lancement, concernera les personnes précaires vivant en collectivités et toute la population résidente, c'est-à-dire ceux qui sont âgés de 16 à 54 ans et qui sont en forme.

Même si parmi les près de 300 sans domicile fixe que compte le Luxembourg, on dénombre une minorité de réfugiés économiques "qui ont une meilleure santé", "les sans-abri ont de toute façon déjà une santé plus fragile et ont davantage de maladies", sait bien Alexandra Oxacelay, directrice de la Stëmm vun der Strooss, l'asbl qui œuvre en faveur de l'intégration sociale et professionnelle des personnes défavorisées.

PROLONGER L'ACTION HIVER

Pour elle pas de doute possible: "Les sans-abris ne sont pas plus contagieux que les autres mais il faut s'en occuper plus rapidement étant donné que ce sont des personnes avec une santé plus fragile et qu'ils sont dans la rue au contact de ceux qui sont dans la rue".

Au vu du maigre engouement constaté lors des deux épisodes de tests gratuits menés dans les locaux de la Stëmm, elle sait aussi que "contrairement aux travailleurs sociaux, la vaccination n'est pas la priorité des personnes défavorisées qui veulent d'abord savoir où manger, dormir et prendre une douche".

20 SANS-ABRI TOUCHÉS PAR LE COVID-19

La vaccination reste la grande préoccupation de Caritas, de la Croix-Rouge luxembourgeoise et d'Inter-Actions qui coordonnent ensemble depuis le 1er janvier au sein de l'asbl Dräieck, les structures d'urgence du pays et celles de la "Wanteraktioun" (WAK) au Findel. "Nous avons demandé au ministère de la Famille de prolonger l'Action Hiver pour avoir le temps d'organiser la vaccination des sans-abri et qu'ils aient un accès plus simple", explique Stéphanie Sorvillo en charge de l'accueil d'urgence chez Caritas.

Depuis le 4 avril 2020, le bâtiment de la WAK dédié aux cas Covid-19 a accueilli 77 sans-abri suspectés d'avoir contractés le virus dans des chambres individuelles. Jusqu'ici 20 sans-abri ont été testés positifs et se sont retrouvés isolés dans un des hôtels prévus pour les accueillir.

BIEN DES QUESTIONS SE POSENT ENCORE

Car "l’organisation et le déroulement de la vaccination des sans-abri ne sont pas encore définitivement arrêtés", confesse le ministère de la Santé. Le groupe de travail "Social" coordonné par la Division de la médecine sociale du ministère de la Santé planchera ce jeudi sur toutes les questions liées à la vaccination des sans-abri et aux moyens qu'elle nécessite en amont.

De nombreuses questions se posent sur la mise en place éventuelle de tests rapides pour cette population vulnérable à la WAK, le moyen par lequel les sans-abri pourront accéder à un vaccin à commencer par l'envoi de l'invitation vu qu'ils ne disposent pas d'adresse ou encore comment garantir que les sans-abri qui font partie des catégories de populations pouvant être vaccinées le seront effectivement. Des propositions seront faites directement au groupe de travail "Vaccination".

La mise sur le marché prochaine du vaccin de Johnson & Johnson pourrait bien faciliter la donne aux autorités luxembourgeoises. Ce vaccin dont l'efficacité est de 85,9% contre les formes graves de la maladie aux Etats-Unis, présente deux avantages en matière de logistique: il ne s'administre qu'en une seule dose et il peut être stocké à des températures de réfrigérateur classique.