Ces dernières années, le nombre d'accidents liés à l'utilisation du téléphone au volant ont considérablement augmenté. De 2015 à 2019, ils ont même doublé.

C'est dans une réponse parlementaire que le ministre de la Mobilité et des Transports publics a révélé l'explosion du nombre d'accidents liés à l'utilisation du téléphone au volant. Des données qui sont généralement compliquées à mesurer quand on parle d'un accident. Le ministre en fait d'ailleurs mention dans sa réponse au député DP Max Hahn: "En général, il est difficile de déterminer si un accident est survenu à cause de l'utilisation du téléphone au volant car on manque souvent de preuves."

Malgré tout, François Bausch a transmis les chiffres des accidents où l'utilisation du téléphone a pu être prouvée et le constat est sans appel. En 2015, le pays comptait 9 accidents directement liés à ce facteur. Quatre ans plus tard, ce chiffre s'élevait à 18 accidents, le double donc. D'après le ministre, l'année 2020 n'a pas été bien meilleure puisqu'il précise que 8 accidents ont pu être directement liés à l'utilisation d'un téléphone en conduisant et que 19 autres ont été causés par l'utilisation d'un autre appareil électronique.

En effet, François Bausch explique que le nombre de dispositifs qui distraient les automobilistes se multiplient. Il mentionne notamment les écouteurs (sans ou avec fils), les GPS ou encore les radios. Le ministre évoque également les autres distractions telles que la consommation de nourriture ou de boissons, fumer au volant et le fait d'écrire des messages. C'est pourquoi les autorités lancent régulièrement des campagnes de prévention et de répression contre ce genre de comportements insiste le ministre.

Dans ce contexte, François Bausch mentionne que certains pays testent actuellement des radars capables de détecter lorsqu'un automobiliste utilise son téléphone au volant, même s'il utilise la fonction du haut-parleur. Cependant, il précise que l'installation de ce genre de dispositifs n'est pas prévu à l'heure actuelle au Luxembourg. De même pour les radars-drones qui détectent ces infractions.

Enfin, si à première vue le nombre d'infractions liées à l'utilisation du téléphone au volant étaient en nette baisse pendant l'année 2020, le ministre rappelle que les circonstances et les restrictions liées au Covid-19 (confinement, couvre-feu etc...) ont fortement influencé les chiffres. En effet, le nombre d'infractions enregistrées est passé de 3.476 (2019) à 2.955 (2020).