Le taux de chômage de janvier 2021 a été le même qu'en décembre 2020. Mais il indique que la crise perdure. Le pays flirte toujours avec la barre des 20.000 demandeurs d'emploi. Soit 3.400 de plus qu'il y a un an.

Il est loin le pic de la flambée du chômage qui avait touché le Luxembourg en mars (6,1%) et avril (6,9%) lorsqu'a éclaté la pandémie liée au coronavirus. Mais le Covid-19 et ses préoccupants variants continuent très sérieusement d'impacter le marché de l'emploi comme le montrent les nouveaux chiffres publiés ce lundi par l'Adem.

La stabilisation du chômage s'est confirmée en janvier mais son niveau reste préoccupant. Comme en décembre 2020 le taux de chômage reste à 6,4% et près de 20.000 demandeurs d'emplois continuent de pointer à l'Adem.

© Statec

Ils étaient précisément 19.882 demandeurs d’emploi résidents disponibles inscrits au 31 janvier 2021. Contre 19.918 au 31 décembre 2020. C'est sensiblement le même niveau.

Au 31 janvier 2021, l’Adem était en mesure de proposer 6.582 postes, "ce qui constitue une hausse de 4,8% par rapport à décembre 2020".

En revanche, ce n'est pas la même histoire qu'il y a un an. Car le nombre de postes disponibles a baissé de 17,8%. Toujours par rapport à janvier 2020, la hausse du chômage est nette: +20,5% , soit 3.386 personnes de plus dans les fichiers de l'Adem.

2.700 RÉSIDENTS SE SONT INSCRITS 

Dans son communiqué, l'Adem explique que sur un an, "la hausse du chômage s’explique avant tout par une baisse des sorties vers l'emploi plutôt qu’une hausse des inscriptions". En janvier 2021, 2.700 résidents se sont inscrits à l'Adem, soit une baisse de 182 personnes ou de 6,3% par rapport à janvier 2020.

Le nombre de demandeurs d’emploi résidents qui bénéficient de l’indemnité de chômage complet a progressé de 1.679 ou de 20% sur un an, pour s’établir à 10.066.

© Statec

Le nombre des bénéficiaires d’une mesure s’établit à 4.090, et se trouve en-dessous du niveau observé en janvier 2020 (-120 personnes, soit -2.9%).

A lire également:  "Plus de 234.000 salariés seront en chômage partiel en février"