Tout comme d'autres pays de l'Union européenne, le Luxembourg va recevoir moins de doses que prévu du vaccin de BioNTech/Pfizer ces deux prochaines semaines.

Il est question de 4.600 doses qui ne pourraient pas être livrées immédiatement. Ce retard devrait être comblé d'ici la mi-février, de sorte que le Grand-Duché devrait avoir reçu les 78.000 doses commandées à BioNTech/Pfizer fin mars, comme prévu.

Le fait que l'on puisse tirer six doses d'une ampoule au lieu de cinq, ne change rien au nombre global de doses auxquelles a droit le Luxembourg. Le contrat n'est pas basé sur le nombre de flacons, mais sur celui de doses possibles. De nouvelles seringues ont dû être commandées, afin de pouvoir obtenir les six doses. Les autorités sanitaires en ont à présent un stock suffisant: environ 100.000 pièces. Les seringues habituelles ne sont toutefois pas perdues, elles pourront être utilisées pour d'autres vaccins.

ENTRE 1.500 ET 1.600 PERSONNES PAR JOUR

En ce qui concerne la répartition des doses de vaccin au Luxembourg, il a été décidé qu'une partie allait aux hôpitaux (1.950 doses la semaine dernière et 1.950 doses cette semaine), une autre aux équipes mobiles qui procèdent à la vaccination dans les maisons de retraite et l'excédent reste au Centre de vaccination du Limpertsberg.

En vertu de la stratégie de vaccination décidée par les autorités, les invitations à se faire vacciner sont seulement lancées quand les doses sont parvenues au Luxembourg. C'est pour cette raison qu'il se peut que 10 à 14 jours s'écoulent entre la livraison des doses et leur injection. Dès qu'un vaccin arrive au Grand-Duché, deux doses par personne à vacciner sont virtuellement réservées, afin de garantir que le rappel puisse aussi être réalisé.

Entre 1.500 et 1.600 personnes par jour pourraient théoriquement être vaccinées au centre de vaccination du Hall Victor Hugo. Il est prévu de les répartir sur 16 filières.

QUAND OUVRIRONT LES AUTRES CENTRES ?

Pour l'instant, seules quatre filières sont ouvertes et ce sont entre 400 et 500 personnes qui sont vaccinées, parce que le nombre de vaccins à disposition reste limité. Aussi longtemps que le centre du Limpertsberg ne sera pas débordé, les autres centres de vaccination (Esch, Air Rescue, Ettelbruck, Mondorf) n'ouvriront pas. Ils seront toutefois tous opérationnels au plus tard fin février.

Moderna doit livrer au Luxembourg d'ici fin mars 8.400 doses, pour vacciner 4.200 personnes.

C'est le médecin qui décide quel vaccin un patient reçoit. C'est également le médecin référent qui certifie, sur base d'une liste des maladies et de l'état du patient, qu'il relève de la catégorie des personnes vulnérables.

Aucun cas de décès suite à une vaccination n'a été signalé jusqu'ici au Grand-Duché. Les autorités luxembourgeoises ont pris contact avec les autorités norvégiennes, qui les ont informées qu'il s'agissait pour certains, de patients en soins palliatifs et que le décès ne serait pas lié au vaccin.