La fête d'anniversaire organisée dans un gîte à Tintigny le week-end passé s'est soldée par 61 PV. Deux jours plus tôt, les policiers luxembourgeois ont collé 8 avertissements taxés en plein bois près de Strassen. Quelles amendes prévoit la loi Covid ?

61 personnes, toutes originaires du Luxembourg et de France étaient dans le gîte louée pour les vingt ans d'une amie à Tintigny (en province de Luxembourg) lorsque la police belge a subitement mis fin a la fête. Tous les invités ont écopé d'une amende de 750 euros. C'était dans la nuit du vendredi 8 au samedi 9 janvier.

Deux jours plus tôt, en pleine semaine, la police luxembourgeoise a coincé juit personnes dans les bois entre Bridel et Strassen. Il était 17 heures, donc elles respectaient l'heure du couvre-feu (23h-6h). Mais elles ne portaient pas de masque, ne respectaient par la distanciation de 2 mètres et consommaient de l'alcool sur la voie publique. Tout le contraire de ce que dicte la nouvelle loi Covid.

Pour éviter au maximum la propagation du coronavirus, elle n'autorise pas d'inviter chez soi plus de deux invités issus du même ménage mais autorise les rassemblements jusqu'à 100 personnes. Dans des conditions qui n'incitent pas aux retrouvailles festives.

Ceux qui ne respectent pas les nouvelles restrictions Covid en vigueur depuis ce 11 janvier risquent gros. "Le montant de l’avertissement taxé ou de la convocation qui est dressée dans le cas où le montant ne peut pas être payé sur place se situe actuellement à 300 euros", explique un agent en charge de la communication pour le Police grand-ducale. Avant le 26 décembre c'était encore 145 euros.

"Si une personne refuse cependant de payer cet avertissement taxé, les agents dressent un procès-verbal qui est envoyé aux autorités judiciaires. Elles décideront par la suite du montant de l’amende à payer. Il en est de même pour les avertissements taxés qui ne sont pas payés dans les délais prévus. Le montant d’une telle amende se situe entre 500 et 1.000 euros", précise la Police.

Nuance de taille, précisée dans de la nouvelle loi Covid, les mineurs ne passent pas par "la case départ". L'article 12 souligne que "l'avertissement taxé est remplacé par un procès-verbal si le contrevenant a été mineur au moment des faits".