L'Horesca a réagi avec véhémence à l'annonce de prolongation des restrictions du gouvernement luxembourgeois mercredi soir.

Les restaurants et les bars devront rester fermés jusqu'au 15 janvier. C'est ce qu'a décidé mercredi le gouvernement luxembourgeois. Une annonce qui a suscité des milliers de réactions sur les réseaux sociaux et en particulier, sur la page de l'Horesca qui considère que son secteur "paie les pots cassés" de cette crise sanitaire.

Dans son message, la fédération se dit "étonnée" de voir "avec quelle rapidité le parlement vote des lois qui entraînent la fermeture de nos entreprises".L'Horesca soutient que le gouvernement ne fait pas preuve de la même rapidité quand il s'agit de mettre en place "des mécanismes d'aides en notre faveur". Elle affirme également qu'une "grande part des frais" occasionnés par cette crise "restent à charge de nos entreprises".

Une situation que l'Horesca qualifie "d'inadmissible". La fédération prédit d'ailleurs "une mort annoncée pour de nombreuses entreprises" et affirme que "les hôtels, les restaurants et les cafés n'ont plus la trésorerie nécessaire parce que l'Etat n'assume pas ses responsabilités".

Rappelons que le secteur avait empressé le gouvernement de voter la loi d'aide des coûts non couverts ainsi qu'une prolongation de la validité des bons d’hébergement pour une période de douze mois la semaine dernière. Une initiative qui n'a, à ce stade, pas encore eu d'échos de la part du gouvernement.