Créer un bouclier sanitaire autour de tous les personnels soignants et dans un deuxième temps vacciner les plus vulnérables. La stratégie de vaccination de masse du gouvernement a été dévoilée ce vendredi par Xavier Bettel et Paulette Lenert. Le résumé.

La pandémie continue de frapper durement le Luxembourg (6 décès et 588 nouvelles infections jeudi) mais l'horizon s'éclaircit avec l'annonce récente de l'arrivée sur le marché de plusieurs vaccins anti-covid et l'anticipation de la vaccination à grande échelle dans plusieurs pays. Comme au Royaume-Uni et en Belgique où les premiers vaccins pourraient être administrés dès le 5 janvier.

Avant même que les restrictions du confinement partiel ne prennent fin (ou pas) le 15 décembre, le gouvernement a avalisé ce vendredi en conseil sa "stratégie de vaccination centralisée". Basée sur les recommandations de la Commission consultative nationale d'éthique (CNE), elle a été peaufinée en coulisse "depuis le mois d'août" a souligné Paulette Lenert, ministre de la Santé (LSAP).

CINQ CENTRES ET DES ÉQUIPES MOBILES

La date de démarrage de la vaccination massive n'a pas encore été fixée puisque le Luxembourg doit attendre le feu vert de l'European Medicine Agency avant de lancer sa propre campagne. La validation des vaccins au niveau européen est dans les tuyaux pour "fin décembre-début 2021", avance prudemment le Premier ministre Xavier Bettel (DP). D'ores et déjà plusieurs centres de vaccination sont en cours d'installation ou sur le point de l'être, ce vendredi.

Cinq centres de vaccination de plus de 1.000 m2 ouvriront dans les semaines à venir à l'échelle du territoire, a annoncé le Premier ministre Xavier Bettel (DP). Le premier dans le hall Victor Hugo à Luxembourg-Limpertsberg "sera prêt à la mi-décembre" mais seule l'arrivée du vaccin le rendre opérationnel. Dans la foulée, ouvrira un centre à la Maison des matériaux de l'Université de Belval. Un autre dans le hangar de la Luxembourg Air Rescue au Findel, puis à Ettelbruck (fin janvier). La recherche se poursuit pour installer un 5e centre dans l'Est du pays. Seront également sur le pont: six équipes mobiles qui passeront dans les structures accueillant les personnes âgées.

UN BOUCLIER SANITAIRE POUR PROTÉGER LES SOIGNANTS

Contrairement à la France et la Belgique par exemple, le Luxembourg vaccinera prioritairement le personnel soignant au sens large: médecins, infirmiers, aides soignants, etc. La mission première est claire: "créer un bouclier sanitaire autour des personnels de soins qui travaillent dans les hôpitaux, les maisons de retraites mais aussi à domicile pour s'occuper des plus fragiles", résume Paulette Lenert.

RTL

Paulette Lenert: "Le vaccin c'est la lumière au bout du tunnel" / © RTL

Ce n'est que dans un deuxième temps et en fonction du calendrier de livraison des 3,5 millions de vaccins achetés par le Luxembourg avec la Commission européenne, que seront vaccinées les personnes les plus âgées, donc les plus vulnérables au coronavirus. Aucune autre précision pour l'heure pour la vaccination du reste de la population.

GRATUIT POUR RÉSIDENTS ET FRONTALIERS

Fait est que "la vaccination ne sera pas obligatoire au Luxembourg. Elle se fera sur base volontaire volontariat. Il n'y aura pas d'obligation non plus pour les fonctionnaires", a précisé d'emblée le Premier ministre. Comme en France, la vaccination "sera gratuite au Luxembourg" car c'est une responsabilité de l'Etat, a souligné Xavier Bettel. Précisant que résidents et frontaliers pourront en profiter.

Côté pratique, une invitation sera envoyée à chacun, le moment venu. Comme pour le Large Scale Testing, les invitations seront envoyées par la poste. "Vous recevrez un code qui sera valide pendant deux semaines. Il sera donc important de prendre rendez-vous assez vite, pour ceux qui veulent se faire vacciner", a incité le Premier ministre.

RTL

Certains vaccins doivent être conservés à -20°, d'autres à -75°C. Certains exigent un rappel. D'où le choix du gouvernement de centraliser le stockage des vaccins. / © DANIEL ROLAND / AFP

En revanche, pas question d'imposer le vaccin, présenté par Paulette Lenert comme "la lumière au bout du tunnel" dans le cadre de la crise sanitaire actuelle. La ministre de la Santé a précisé qu'il faudra atteindre 70% de vaccination pour espérer avoir ce que les experts appellent "l'immunité collective".

XAVIER BETTEL MONTRERA L'EXEMPLE

Le Premier ministre luxembourgeois a confirmé qu'il se fera vacciner: "Je respecte l'opinion de ceux qui ne voudront pas se faire vacciner mais personnellement, je vais me faire vacciner. Je considère que c'est un geste de solidarité et que ça revient à protéger les autres autant que soi-même".

Si la stratégie du gouvernement est "centralisée", c'est bien pour des raisons logistiques, a expliqué Xavier Bettel. "Certains doivent être conservés à -20°C, d'autres à -75°C. Pour certains vaccins il faudra un rappel. C'est donc important de centraliser nos services de stockage".

Pour motiver un maximum de Luxembourgeois et de frontaliers à se faire vacciner, pas question de s'emballer. "Je préfère que ça dure deux semaines de plus et qu'on ait un vaccin sûr. La confiance est primordiale dans cette affaire", a posé Xavier Bettel. Une vaste campagne de sensibilisation tous azimuts sera lancée en faveur de la vaccination dès la semaine prochaine.