Les changements étaient connus. Dans un courrier, le ministère de l'Education fournit des précisions aux directeurs d'établissement.

Le ministre de l'Education, Claude Meisch, avait annoncé dès la semaine dernière ces changements dans le cadre des nouvelles restrictions pour lutter contre le Covid.

Tout d'abord, l'année scolaire ne sera plus divisée en trimestres mais en semestres. Le premier semestre, commencé à la rentrée de septembre, durera jusqu'aux vacances de carnaval, le deuxième débutera le 22 février pour se terminer le 15 juillet. Un semestre devra compter au moins autant de tests qu'un trimestre traditionnel.

Dans les classes supérieures des lycées, place à un enseignement en alternance dès lundi. Les classes de quatrième, de troisième et de deuxième sont concernées tant au secondaire classique qu'au général. En revanche, les classes de première (terminale) conserveront un enseignement "normal". L'objectif de cette mesure est de réduire de moitié le nombre d'élèves présents dans les établissements et par conséquent, dans les transports scolaires.

Il appartiendra aux lycées, dans le cadre de leur autonomie, de décider du système de rotation qu'ils souhaitent mettre en place. Par exemple en répartissant les classes en groupes A et B, comme cela avait été fait après le confinement du printemps, ou en alternant cours en présentiel et cours à distance pour une même classe, l'alternance pouvant être quotidienne ou hebdomadaire.

Peu importe la manière, l'essentiel est de ne pas perdre d'heures de cours. Aucun allègement des programmes n'est prévu. Les cours à la maison, devant un écran, sont tout aussi obligatoires que les cours au lycée.

La mesure concerne aussi la formation professionnelle, où il faudra veiller à ce que les cours pratiques, à l'atelier ou au laboratoire, aient lieu en présentiel.

Visites pédagogiques, excursions et voyages scolaires sont annulés jusqu'à nouvel ordre.