Selon les représentants des salariés du Luxembourg, ces mesures impacteraient fortement la vie privée et publique des citoyens.

La CSL regrette dans son avis déposé ce lundi matin le manque d'explications du gouvernement ainsi que d'une analyse scientifique sur laquelle se basent ces nouvelles mesures. Selon les représentants des salariés, les citoyens "ne comprennent plus ce qui est décidé par les autorités".

La CSL s'interroge sur la nouvelle fermeture de l'Horesca, le maintien du couvre-feu ainsi que la limitation des personnes invités chez soi de 4 à 2 convives. Cette dernière mesure impliquerait des absurdités "insensées" qui permettrait aux familles de recevoir du monde chez soi mais pas de rendre visite à un autre ménage sous peine de dépasser le nombre maximal de personnes.

Le risque d'une crise économique mais également de crises individuelles et privées inquiète la Chambre des salariés avec la montée du stress, des cas de burn-out ou encore des suicides. Elle se demande pourquoi le gouvernement n'a pas opté pour un plan "épidémie" national après la première vague, dans lequel des phases objectives seraient prévues, des étapes qui pourraient être déclenchées afin de freiner la propagation du virus.

Un tel plan aurait pu prévoir des décisions réfléchies et compréhensibles par tous, une piste qui n'a pas été suivie par le gouvernement qui, selon la CSL, est redevable de beaucoup de réponses aux citoyens du pays.