Dès 7 heures ce lundi, une interminable file de voitures s'est formée aux abords de la station de prélèvement à Junglinster. C'était déjà "la catastrophe" samedi. Mais cet afflux s'explique.

Début de semaine chaotique aux abords du rond-point à l'entrée de Junglinster (en venant du nord) et de la rue "Beim Rossbur" où les voitures ont fait la file très tôt ce lundi pour accéder au drive-in covid. La police a dû intervenir pour réguler la circulation.

Les six stations de prélèvements situées sur le P&R de Junglinster, ont été prises d'assaut dès "samedi matin où c'était la catastrophe!", témoigne Stéphane Tholl qui supervise les opérations pour les Laboratoires réunis. Il explique qu'"en trois heures, nous avons presque accueilli 300 personnes, c'est impressionnant".

Si bien qu'à 9 heures, "on devait renvoyer des patients à la maison", puisque les six stations ne sont ouvertes que de 7 à 10 heures le samedi matin. Et comme le drive-in avec ordonnance n'est pas ouvert le dimanche, la file du lundi matin est devenue un classique à Junglinster.

Deux autres changements de taille sont toutefois venus amplifier le phénomène lundi matin, note Stéphane Tholl: "Il y a beaucoup d'ordonnances délivrées par l'Inspection sanitaire à des élèves du fait des stations mobiles" qui mènent des contrôles plus systématiques dans les écoles depuis peu.

Et puis "beaucoup de personnes viennent du Sud du pays", assurent les Laboratoires réunis. Tout indique qu'un report s'est opéré depuis le centre de prélèvement d'Esch-sur-Alzette qui a été transformé en nouveau centre de consultation mercredi 18 novembre.

Plus globalement, le nombre de prélèvements a de nouveau bondi la semaine passée au centre de Junglinster, note Stéphane Tholl: "Nous sommes repassés de 600 à 700 patients par jour la semaine passée" en comparaison à la semaine précédente. Sachant que près de 450 patients y avaient été accueillis la semaine avant. Le lundi 2 novembre, la station drive-in avait reçu 954 patients entre 7h et 15h, le record pour une journée.