Paulette Lenert était l'invitée de l'émission "Background" ce samedi sur RTL Radio Lëtzebuerg. Voici les éléments importants à retenir.

"Les chiffres ne sont pas vraiment bons", a déclaré la ministre de la Santé qui explique que ces cinq derniers jours, les nouvelles infections sont encore à un niveau relativement élevé et volatile. Le pays a besoin d'une réelle tendance vers le bas qui procurerait une perspective claire pour les hôpitaux mais qui n'est pas encore visible pour le moment. Le taux de positivité élevé que l'on observe actuellement pourrait provoquer une dégradation de la situation et des déprogrammations hospitalières seraient regrettables alors que les hôpitaux sont déjà en phase 4.

La situation aurait pu évoluer différemment, selon la ministre socialiste qui précise que c'est pour cette raison que le gouvernement a souhaité attendre. De nouvelles restrictions ne sont pas agréables pour le pays, tout le monde en est conscient et ces mesures ne doivent pas être prises à la légère. Les responsables politiques espéraient une amélioration ces trois dernières semaines grâce aux mesures prises.

ÉVITER LES VISITES

Le détail d'un confinement partiel n'a pas été précisé par le gouvernement. Le virus étant tellement présent dans la société, la moitié des infections ne peuvent plus être attribuées à un contexte bien précis: horesca, famille, école ou travail.

Un risque de contamination existe là où se produisent les interactions sociales, et surtout là où le port du masque n'est pas respecté. C'est le moment d'éviter les visites, tout ce qui peut amener à des échanges. Il faut également se préparer à fêter Noël en comité restreint, mais la ministre n'était pas en mesure de donner plus de détails quant aux éventuelles mesures mises en place pour les prochaines semaines.

Paulette Lenert souligne néanmoins ne pas avoir reçu de reproche de la part de pays étrangers quant aux mesures légères adoptées jusqu'à présent par le Luxembourg.

TRANSPORTS PUBLICS ET TRAÇAGE DES CONTACTS

La situation dans les trains et les bus relativement pleins est vivement critiquée. Des efforts ont été réalisés dans les transports publics, selon la ministre. Des chauffeurs supplémentaires sont en train d'être recrutés afin de renforcer davantage l'offre à certains endroits. Des renforts pour le traçage des contacts est également recherché, car le service est surchargé depuis quelques semaines alors que le délai est de un à trois jours pour rappeler une personne dont le test est positif.

Paulette Lenert ne souhaite toujours pas d'application de traçage car les informations ne sont pas assez complètes mais elle répète que les gestes barrières doivent être respectés, plus que jamais.

45.000 VACCINS DANS QUELQUES SEMAINES

Une première livraison de 45.000 vaccins, une partie de la commande européenne, est attendue pour la mi-décembre. La Commission européenne a conclu trois accords avec des laboratoires pharmaceutiques alors que d'autres pourraient suivre alors que le Luxembourg n'a pas signé de commande à lui seul.

Selon la ministre, l'AEM, l'Agence européenne des médicaments, devrait valider ces vaccins pour la fin de l'année pour le marché européen. La stratégie de vaccination dépendra des produits livrés. Les prochaines semaines devraient être décisives dans ce contexte.