Taina Bofferding conseille donc au collège échevinal de considérer un référendum de manière inconditionnelle.

La ministre de l'Intérieur a finalement tranché dans la discussion concernant un éventuel référendum dans la commune de Sandweiler. Elle a indiqué dans sa réponse à une question parlementaire de la députée Cécile Hemmen (LSAP) qu'elle conseillait au collège échevinal de considérer un référendum de manière inconditionnelle.

En amont de cette histoire, ce sont les partis d'opposition LSAP et DP qui n'acceptent pas la décision du collège échevinal de détruire la maison communale. L'opposition avait entre-temps récolté 500 signatures de citoyens qui souhaitaient également donner leur avis dans ce dossier, la quantité minimale nécessaire pour un référendum consultatif. Mais les auteurs de cette pétition n'étaient plus en accord sur le but de cette collecte de signatures. Alors que la représentante du LSAP avait déclaré sur l'antenne de RTL qu'un référendum devait être organisé, le DP n'était pas du tout de cet avis, comme le collège échevinal.

La ministre de l'Intérieur a finalement tranché dans ce dossier et donné son avis. Dans sa réponse parlementaire, Taina Bofferding explique également que le cadre légal pour les référendums communaux est rempli d'éléments obscurs et incompréhensibles et qu'il devrait être réformé.