Dernier "week-end de vérité" avant un lundi crucial. Le Premier ministre ne laisse plus vraiment planer de doute quant à un reconfinement partiel dont il a déjà détaillé les mesures.

Ce vendredi le Premier ministre est resté sur sa position de mardi. Le gouvernement veut encore observer comment évolue la pandémie au cours du week-end avant de tirer ses conclusions lundi. A ce stade, il est "évident que nous continuons à évoluer à un haut niveau, comme depuis des semaines. Et ça ne changera pas aujourd'hui puisque nous avons 519 nouvelles infections pour 11.782 tests. C'est une baisse dont il faut se réjouir mais la moyenne de cette semaine est relativement élevée", a expliqué Xavier Bettel. La moyenne est de 662 nouveaux cas en moyenne par jour.

Le Premier ministre préfère parler de situation globalement "stable" vue qu'il "n'y a pas de hausses dramatiques au cours des trois dernières semaines". L'ennui est qu'à l'inverse, il n'y a pas de baisse qui permet d'entrevoir un coin de ciel bleu pour les acteurs du système sanitaire.

Dans les hôpitaux justement, 41 des 100 lits de réanimation sont occupés par ces cas covid-19 auxquels il faut ajouter les autres pathologies. Le Premier ministre précise qu'il "n'y a pas de pour l'instant de déprogrammation générale" des interventions dans les centres hospitaliers luxembourgeois.

SOUTENIR LES PLUS FAIBLES

Annonce-clef faite pour rassurer avant même l'entrée en vigueur d'un reconfinement partiel, le conseil de gouvernement a décidé d'augmenter le salaire social minimum de 2,8% dès le 1er janvier 2021. Aujourd'hui fixé à 2.141,99 € brut par mois pour un salarié non-qualifié et à 2.570,39 € pour un salarié qualifié, le salaire social minimum devrait donc, d'après nos calculs, atteindre les 2.201 € mensuels.

Le revenu d'inclusion sociale (Revis) sera également augmenté de 2,8%. Les aides de chômage partiel ont été révisées à la hausse (de 80 à 100%) pour le salaire social minimum. L'allocation de vie chère déjà doublée cette année sera aussi augmentée de 10% en 2021.

Le gouvernement est conscient que les plus vulnérables sont plus durement touchés par la crise. "Au Luxembourg on ne laisse tomber personne, ni les plus faibles de notre société" a déclaré le Premier ministre. Précisant que "l'Etat social et la cohésion sociale sont un des fondements du vivre-ensemble au Grand-Duché".

500  PAR SALARIE DES SECTEURS DUREMENT TOUCHÉS

Pour que l'adaptation du salaire social minimum ne pénalise pas les entreprises dont le chiffre d'affaires trinque déjà, un nouveau projet de loi prévoit une compensation. À "circonstances exceptionnelles, réponses exceptionnelles", selon la formule employée par Xavier Bettel. De nouvelles mesures compensatoires sont d'ores et déjà prévues pour palier les répercussions des futures restrictions sanitaires.

Le tourisme, le secteur Horeca, de l'événementiel, le commerce, le centre de formation et différentes entreprises du secteur culturel sont éligibles à l'"aide relance". Ils toucheront une aide de 500 euros non remboursable par salarié payé dans la fourchette située entre le salaire social minimum qualifié et non qualifié.

Une "éventuelle" fermeture des cafés et restaurants pèsera inévitablement sur la vie commerciale en général. Là aussi, une nouvelle "aide de relance" directe compensera en partie les commerces qui ont une perte d'au moins 25 % de leur chiffre d'affaires. L'idée du gouvernement est de soutenir le pouvoir d'achat pour soutenir l'économie en général et pouvoir maintenir les emplois.

LES NOUVELLES MESURES VOTÉES MERCREDI ?

Avant de passer au vote du projet de loi 7694, la Chambre des députés a besoin de l'avis du Conseil d'Etat. Plusieurs contradictions ont déjà été surlignées par la CCDH ce vendredi.

"C'est à la Chambre de nous dire quand elle décidera", pose Xavier Bettel. Avant de glisser que "ce serait bien que les décisions soient prises en début de semaine prochaine. Mardi serait le jour idéal pour une entrée en vigueur mercredi". Précautionneux, il rajoute: "Mais la chambre est souveraine, c'est aux députés de décider".

D'après des informations obtenues par RTL, l'avis du Conseil d'État devrait parvenir aux députés lundi. La commission parlementaire se chargera alors d'en étudier les commentaires, avant que Mars di Bartolomeo ne rédige le rapport final. Les députés pourraient alors procéder au vote de la loi mardi, pour une entrée en vigueur mercredi.

PREMIERS VACCINS LIVRÉS MI-DÉCEMBRE

La stratégie autour des tests rapides et de la vaccination étaient au centre des discussions du Conseil européen auquel Xavier Bettel a participé jeudi. "Le bon signal" a été l'approche commune dans ces domaines. La question de la vaccination contre le covid-19 sera cruciale car "c'est vraisemblablement à travers une immunisation de nos concitoyens que l'on pourra apercevoir le bout de ce long tunnel".

Comme annoncé il y a plusieurs semaines, "nous sommes confiants que les premières livraisons de vaccins pourraient intervenir à la mi-décembre". Dans un premier temps, 45.000 doses seraient livrées au Luxembourg. De sorte que 23.000 personnes seraient vaccinés dans une première vague puisque la vaccination exige un rappel.

Restent les questions éthiques et de priorisation. Mais aussi celle de convaincre les Luxembourgeois de se faire vacciner. La solution passera, pour Xavier Bettel, par une "stratégie de vaccination communautaire transparente, factuelle et efficace".