Si de nouvelles mesures covid entrent effectivement en vigueur la semaine prochaine au Luxembourg, les établissements scolaires seront concernés, assure déjà Claude Meisch.

Il avait lâché le "morceau" la veille dans l'émission de confrontation des opinions de RTL Télé, "Kloertext". Claude Meisch l'a confirmé ce vendredi matin devant les députés de la Commission de l’Éducation nationale, réunie suite à une demande urgente du CSV.

Les nouvelles mesures qui seront très probablement soumises au vote des députés dès ce lundi (si la barre des 500 contaminations est toujours dépassée) toucheront aussi l'enseignement. Le port du masque sera désormais la règle dans les écoles. Selon un leitmotiv: "Dès que je bouge, je mets mon masque".

L’élève peut, en revanche, enlever son masque s'il reste assis. Nouvelle règle qui ne concerne pas les petits de 3 à 5 ans du précoce et préscolaire (cycle 1). Dans les cours de sport adaptés aux règles sanitaires, les règles ne changent pas, l'élève garde sa protection buccale jusqu’au démarrage de l’activité sportive.

NOUVELLE ALTERNANCE POUR LES COURS AU LYCÉE

Comme Claude Meisch l'a expliqué aux députés, entre le 30 novembre et les vacances de Noël sera à nouveau appliqué une répartition en groupe A et B pour les classes supérieures dans les lycées (de la 4e à la 2e, mais pas les terminales).

Les enseignants resteront à l’école et la continuité des cours reste garantie pour tous les élèves contrairement à l’alternance une semaine de cours et une semaine de répétition à domicile, comme c'était le cas au printemps. Soit les élèves suivront cette fois les cours en alternance en présentiel ou à distance de chez eux (les classes étant divisées en deux groupes). Soit l'alternance sera organisée sur quelques jours. La décision revient à la direction.

UN PEU MOINS DE PRESSION

Pour lever la pression sur le calendrier scolaire dans les lycées, les trimestres seront remplacés par des semestres. Histoire d'enlever un peu de pression pour l'organisation des examens puisque les quarantaines ont entraîné certains retards. Les enseignants sont libres de définir le rythme des évaluations.

Vers le milieu de la semaine prochaine, entre 700 et 800 élèves et enseignants seront être testés chaque jour. 

Il n'y a pas de mesures complémentaires prévues pour les élèves de l’enseignement fondamental où le concept du "Stufeplang" (plan par étapes) reste en vigueur. Et pour cause, une des conclusion principales de l'analyse réalisée par le ministère sur situation covid-19 dans l’enseignement (entre le 15 septembre et le 1er novembre) est que le virus était plus souvent constaté dans l’enseignement secondaire qu’au fondamental.

Aux yeux de déi Lénk, il serait plus logique que seules les élèves des classes supérieures travaillent en partie à domicile, c'est plus facile pour eux. Mais cela ne signifie pas, qu'il ne faut absolument pas prendre de nouvelles mesures pour les plus jeunes.

Le député de la Gauche, David Wagner estime qu'"Il ne faut pas non plus trop dramatiser. Même si les enfants restent à la maison pendant quelques semaines, la façon dont les enfants y réagissent est très différente, cela dépend de nombreux facteurs".