Un des pionniers de la chaîne du froid médical est au Luxembourg! Une technologie qui rencontre déjà un grand succès dans le monde en raison des vaccins contre le coronavirus.

BionTech, Pfizer, CureVac: partout les grands laboratoires poursuivent avec zèle leurs recherches et leurs essais. L'OMS, l'Organisation mondiale de la Santé, dénombre 212 projets de vaccin. Dans ce contexte, une des variables essentielles est le stockage et la chaîne de distribution du vaccin. Et l'un des pionniers de cette "chaîne du froid médical" est une entreprise luxembourgeoise, dont le siège est situé dans la zone industrielle "op der Hei", à Hosingen dans l'Oesling.

DEMANDÉS PARTOUT DANS LE MONDE

B Medical Systems sont les spécialistes des congélateurs ultra-basse température qui peuvent être réglés de manière très flexible à des températures comprises entre -20 et -86 degrés. Il s'agit donc d'appareils spécifiquement conçus pour le milieu médical, pour stocker du plasma, des cellules humaines, des tissus ou des vaccins.

Un gros avantage, explique le CEO de B Medical Systems, Luc Provost: "Aujourd'hui les gouvernements, le grand souci qu'ils ont, c'est qu'ils ne savent pas à quel vaccin ils auront accès. Est-ce que c'est un vaccin de profil -80°C ou est-ce que c'est un vaccin de profil -20°C ou de +4°C. Et notre -80°C est le seul au monde capable de congeler les vaccins à -80°C, mais également le même appareil [peut être utilisé] pour les vaccins à -20°C. Donc les gouvernements prennent moins de risques en achetant B Medical."

A côté du stockage, il y a aussi la chaîne du froid qui doit être garantie pour le vaccin.

"Une fois que vous le sortez du congélateur, là vous n'avez plus qu'entre 5 et 10 jours, également dans une chaîne contrôlée à plus 5°C. Et donc nous livrons la solution complète: les congélateurs à -80°C, les réfrigérateurs à +5°C, mais également les containers de transport que vous pouvez équiper avec de la glace carbonique pour transporter à -70°C ou bien avec des blocs réfrigérants qui vous permettent de transporter à +4°C."

B Medical Systems produit également des réfrigérateurs de transport autonomes et contrôlables à distance.

"Tous nos équipements sont équipés pour la traçabilité en temps réel. Et donc avec un logiciel sur Google Map, vous pouvez voir exactement où se trouve votre congélateur, à quel température il se trouve et quel est le fonctionnement de l'appareil. Et vous pouvez donc voir le nombre d'ouvertures, de fermetures de porte. Donc vous pouvez suivre en temps réel votre campagne de vaccination sur chaque appareil."

Le reportage en langue luxembourgeoise:

TOUT LE STOCK A DÉJA ÉTÉ VENDU

Dès que l'entreprise Pfizer a annoncé que son vaccin aurait une efficacité de plus de 90%, non seulement tout le stock de congélateurs ultra-basse température de l'entreprise aux Etats-Unis a été vendu, mais le téléphone n'a cessé de sonner à Hosingen, explique Luc Provost.

"On a déjà eu une visite de l'ambassadeur Evans des Etats-Unis, nous avons l'ambassadeur de Belgique qui va nous rendre visite, nous avons eu une réunion avec le gouvernement mexicain en vidéoconférence, il y a trois semaines c'était avec le gouvernement péruvien. Nous sommes aussi en étroite collaboration avec le gouvernement indonésien, donc il y a vraiment beaucoup de gouvernements qui s'adressent directement à nous pour avoir des conseils, parce que nous avons une expérience de plus de 40 années dans le domaine de la vaccination à grande échelle, au niveau national. Et nous avons plus de 130 partenaires dans le monde entier, qui sont en fait notre colonne vertébrale pour non seulement fabriquer/livrer, mais également distribuer ces appareils et les installer dans les pays."

Le gouvernement luxembourgeois va aussi travailler avec B Medical Systems pour assurer la distribution du vaccin au Grand-Duché. Le grand modèle du congélateur ultra-basse température de 900 litres coûte entre 10.000 et 15.000 euros et peut contenir jusqu'à 300.000 doses de vaccin. La forte demande a boosté la production, qui est concentrée à Hosingen, explique Mario Treinen, Chief Operating Officer.

"Nous allons passer environ d'une centaine de pièces par mois à un millier. Cela signifie que nous envisageons d'agrandir l'usine. Nous avons un projet d'expansion, où nous envisageons effectivement d'agrandir sur une surface de 6.000 mètres carrés pour ajouter des machines. Deuxièmement, nous envisageons aussi d'embaucher, ce qui signifie que nous avons besoin pour ce travail de personnel hautement qualifié. Nous avons déjà embauché une cinquantaine de personnes il y a trois-quatre mois. Nous pensons encore en embaucher 120 environ. Ce sont des ajusteurs, des électriciens, mais aussi des techniciens du froid dont nous avons besoin, certainement de personnel qualifié."

En matière de ressources aussi, l'entreprise se tourne à présent vers les producteurs locaux. B Medical Systems emploie actuellement 250 personnes, dont 150 à la production. Un effectif qui pourrait grimper à 270 personnes, estime Mario Treinen.