L'évolution de la pandémie dans les prochains jours est cruciale et dictera, dès lundi, le vote de nouvelles mesures pour limiter les contacts sociaux à l'extérieur mais aussi chez soi. Le couvre-feu serait prolongé jusqu'au 15 décembre.

A l'heure où le Luxembourg vient d'enregistrer dix nouveaux décès en une journée et doit soigner 46 patients en réanimation, le nouvel état des lieux de Xavier Bettel et de Paulette Lenert depuis l'instauration du couvre-feu, était très attendu ce mardi. D'autant plus que "le moment de vérité" que devait être la première semaine de novembre s'est largement prolongé.

Mais résidents et frontaliers devront encore patienter jusqu'à la fin de cette semaine pour savoir si la situation sanitaire exige d'imposer ou non de nouvelles mesures. Le Premier ministre et la ministre de la Santé se laissent encore une petite semaine avant de trancher. Le gouvernement à d'ores et déjà fixé les règles d'un reconfinement partiel dont l'objectif serait de restreindre d'un cran supplémentaire les contacts sociaux.

Comme RTL l'avait annoncé en exclusivité ce mardi matin, Xavier Bettel confirme que les mesures prises concerneraient tous "les lieux où on se réunit et où on ne porte pas de masque", citant clairement le secteur de l'horeca. Le take-out resterait possible. Mais "cafetiers et patrons de restaurants ne doivent pas être stigmatisés comme étant des responsables", nuance le Premier ministre.

DEUX INVITES AU MAXIMUM A LA MAISON

Le texte déjà déposé préventivement à la Chambre des députés et au Conseil d'Etat, prévoit en clair, de fermer cafés et restaurants, de limiter les contacts sociaux à domicile (deux invités au lieu de quatre) et lors des activités sportives en salle (limitées à 4 personnes excepté à l'école et pour les sportifs d'élite); En revanche, les lieux culturels ou les galeries où la distanciation reste possible, resteront ouverts.

Ces mesures, si elles devaient être avalisées lundi seraient en vigueur jusqu'au 15 décembre et le couvre-feu prolongé jusqu'à la même date.

Le couperet tombera en fonction de l'évolution d'un indicateur comme le précise Paulette Lenert: la baisse des infections. La limite est claire: le Luxembourg devra être proche des 500 cas de nouvelles contaminations par jour d'ici lundi 23 novembre.

LE SYSTEME DE SANTE TIENT LE COUP

Ce n'est pas gagné au vu des chiffres les plus récents qui sont "stables, à un niveau très élevé, mais sans hausse exponentielle", résume Xavier Bettel. L'évolution des hospitalisations connaît une lente hausse mais les chiffres liés à la mortalité "sont préoccupants", reconnaît Paulette Lenert et "c'est ce qui nous fait dire que nous devrons peut-être rajoutés des restrictions supplémentaires".

Oui le nombre des décès a augmenté: "Nous sommes largement en-dessous de nos voisins belges ou français mais nous avons largement plus de décès qu'en Allemagne", tempère Xavier Bettel. Il assure que le système de santé n'a pas atteint ses limites même si la situation est délicate.

Il apparaît dans l'allocution commune combien le gouvernement danse sur une corde raide et s'attend à voir basculer la situation dans un sens comme dans l'autre. Pour l'heure, il se ménage des "marges de manœuvre" ensuite et ne pas être mis au pied du mur si la situation devait déraper. Le grand risque étant une surcharge subite du système sanitaire."Si la tendance devait diminuer les restrictions ne seraient pas nécessaires. Dans le cas contraire, nous devrons soumettre le texte au vote lundi".

VITESSE DE CROISIERE

"Le virus ne se lasse pas de se propager, il a encore toute son énergie. Sans mesures ce n'est pas possible de le limiter et cela ne pourra se faire qu'avec des efforts communs", a rappelé Paulette Lenert. Elle souligne l'impact bénéfique des mesures prises fin octobre mais reconnaît à demi-mot que ce c'est pas suffisant pour respirer sans masque en société.

L'objectif est clair: tout faire pour que les chiffres baissent d'ici lundi. Les capacités hebdomadaires pour le Large scale testing ont été relevées à 70.000 tests par semaine et "nous sommes bien placés pour garder cette vitesse de croisière", assure Paulette Lenert. Avant de glisser que rien ne peut remplacer l'effort commun.